reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Béziers (15/08/2012 - matin) : Cayetano Ortiz et Luis Miguel Castrillon a hombros

 

beziers

Photos : Daniel Chicot

Difficile de faire sa présentation en novillada piquée devant un tel encierro... Dorian Dejean a fait ses débuts "avec les chevaux" face à des novillos dont les armures et le trapio n'avaient rien à envier à certains toros que refusent les figuras dans d'autres arènes de catégorie inférieure. Difficile donc de qualifier sa prestation ce matin. Son manque de métier a été manifeste. Mais quoi de plus normal ?

Cayetano Ortiz en revanche a fait étalage d'un beau bagage technique devant deux adversaires pas évidents du tout. Seul bémol, un petit manque de respect à son deuxième Los Galos payé cash d'une voltereta sans conséquence fâcheuse. Mais le biterrois a démontré que devant des adversaires de respect, on pouvait compter avec lui.

Luis Miguel Castrillon a sauvé in extremis sa matinée face au meilleur novillo de l'envoi, sorti bien entendu en cinquième position. Peu en vue lors de son premier combat, le Colombien a séduit l'aficion biterroise par ses belles manières à défaut de peser réellement sur son deuxième opposant qu'il a couché d'une belle entière.

Les pensionnaires de Los Galos, propriétés de Marie Sara ; Christophe Lambert et Simon Casas, superbement présentés, faibles en général, se sont révélés exigeants mais ont fait preuve de beaucoup de noblesse.

Laurent Deloye ElTico

 

La chronique d'Anthony Pagano :

Cayetano Ortiz fut tout d'abord bon capote en mains avec le premier qui reçut une seule pique en mettant les reins et en s'y employant. Il débuta la faena par un cambio au centre et continua par de bonnes séries sur la corne droite. Le biterrois fut doux et technique, affichant une tauromachie posée. Le novillo répondait à chaque sollicitation, chargeant avec envie, rythme et classe. Gaétan domina son adversaire et sut le mettre en valeur. Il termina par manoletinas, tua d'une entière perpendiculaire et coupa une oreille. Face au quatrième bis (le titulaire ayant été changé pour boiterie), il fut gêné par le vent pendant la faena. Le novillo ne baissa pas la tête et fut tardo. Cayetano fut volontaire, courageux et s'appliqua dans de bonnes séries sur la corne droite malgré son opposant peu collaborateur. Il coupa une oreille après une mort en trois temps.

Luis Miguel Castrillon amena son premier adversaire vers une unique rencontre avec le picador au cours de laquelle le novillo montra une pointe de bravoure. Lors de la faena, Luis Miguel ne réussit pas a donner de l'émotion malgré les beaux gestes étalés. Toutefois, il se distingua par sa technique et sa volonté mais sans jamais connecter avec le public. Le toro s'éteignant de plus en plus l'espagnol le tua d'une demie lame ( mete y saca ) et d'une entière tombée. Il accueillit le quinto par doblones au capote et le novillo reçut une pique sans histoire. Il brinda au public avant de commencer au centre en citant le bicho qui partit depuis les planches. Il fut ensuite auteur d'une belle faena au cours de laquelle il tenta d'améliorer son adversaire. Il parvint a donner de très bonnes séries malgré un novillo l'aidant peu. Son courage, son envie et son engagement notamment a la mort lui permirent de couper une couper deux oreilles après une entière en place efficace.

Dorian Dejean débutait aujourd'hui en novillada piquée et il laissa une bonne impression. Il donna face à son premier de bons détails à la cape, avant d'être gêné par le vent au cours de la faena. Son novillo faible mais noble ne lui facilita pas la tache. Néanmoins, Dorian n'arriva pas à le dominer et exploiter les qualités du novillo. Son manque d'engagement a la mort le priva de trophée. Il ne put rien faire face à l'exigeant sixième qui ne baissa jamais la garde et s'avisa rapidement. Dorian montra de l'envie mais échoua encore, hélas, épée en main.

Fiche technique :

Sept novillos de la ganaderia "Los Galos", bien présentés et armés. Tous nobles mais parfois exigeants. Tous auraient permis de donner à la matinée une autre tournure avec une lidia adaptée.

15 Aout 2012. Matinée.

Entrée : 1/4 d'arène.

Temps : Nuageux.

Durée de la course : 2h40.

Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol: 6.

A noter :

Dorian Dejean débutait en novillada piquée.

Luis Miguel Castrillon fut déclaré triomphateur de la matinée.


Cayetano Ortiz (Turquoise et or) : 1 oreille / 1 oreille.

Luis Miguel Castrillon (Marron et or) :Silence / 2 oreilles.

Dorian Dejean (Vert bouteille et azabache) :Silence après un avis / Silence après un avis.

 

 

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour