reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Hagetmau (06/08/2012) : dure, dure la vie de novillero !

 

hagetmau

Photo : Pierre Charrain

Les superbes arènes étaient pleines, sous un chaud soleil, en ce lundi 6 août pour cette seconde novillada de feria. Le genre de novillada divisant les opinions car face au bétail de MORENO DE SILVA, très bien présenté, certains se demandaient ce qu'était venu faire un, au moins, des jeunes intervenants dans ce genre de course que l'on sait à l'avance, âpre et le mot est faible. Le jeune incriminé attestant que s'il n'était pas venu affronter cette course il n'avait rien d'autre à se mettre sous les dents …

Des six novillos, seul le dernier s'est laissé timidement tripoter par Javier JIMENEZ (sang et or – silence et oreille). Plus de métier manifestement dans le bagage du blondinet et une seconde faena volontaire. Un peu de musique de soutien et lame contraire faisant tomber généreusement une oreille du palco présidé par Franck Carrere. Sa première faena, brindée au public, sera fort méritoire compte tenu des difficultés du cornu avec quelques séries intéressantes. La lame est contraire, efficace et le public restera pourtant de marbre.

Premier à intervenir GOMEZ DEL PILAR (rose et or – silence et silence) qui tombera sur deux cornus bien trop compliqués pour lui. Deux faenas certes servies avec une bonne volonté évidente mais qui ne suffira pas à résoudre les nombreux problèmes. Sournois, son premier cardeno sera occis d'une lame sanguinolente. Son second ira prendre un premier puyazo sans style, un second presque en brave suivi d'un contact au « regaton » bien inutile...

Le troisième homme de cette après-midi Adrian DE TORRES (vert fluo et or – silence et quelques sifflets) aura par deux fois frisé la correction face à ses deux opposants qu'il tentera pourtant parfois de réduire à sa merci ... parfois. Lames aléatoires sifflées mais quolibets malsains même si les crieurs ont payé leurs places …

Pierre Charrain

 

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 

 

 

 


 

 

 

 

retour