bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Orthez (64 - 24/07/2011-soir) : un peu de déception !

 

orthez

Photo : Pierre Charrain

En tout premier lieu avec un temps exécrable tout au long de cette après-midi du 24 juillet. Spectateurs transis et piste détrempée rendant la chose taurine compliquée pour certains piétons ou picadores instables. Dans les toriles sept toros de Doña Dolores AGUIRRE, de beaux gabarit mais pourvus d'un moral plus que déficient. Pas mal de mansedumbre, de noblesse piquante ou de comportements curieux. Dire que le jeu des piques a été parfaitement tronqué sauf, peut être, lors du dernier tercio et encore. Dommage car il était difficile dans ces conditions de juger valablement de la bravoure des fauves. Sanglé comme un jeunot dans un traje vert et azabache, Carlos ESCOLAR « FRASCUELO » aura passé une mauvaise après-midi. Haut, costaud son premier, compliqué, ne l'inspirera pas outre mesure et le maestro abrégera rapidement. Les pieds dans la boue restera dans le doute face à son second qu'il tardera a occire et divisant ainsi les opinions.

Raul VELASCO (gris perle et argent aux broderies blanches – silence après avis et vuelta après avis) entreprendra son premier d'agréable façon avant de brinder au public garnissant près de ¾ d'arènes, sa première faena construite passe après passe, ce N° 20 refusant catégoriquement de participer. Longue très longue mise en place et entière loyale. Son second, un « tonton » ne s'emploiera jamais au capote et sèmera une certaine panique dans la cuadrilla. Les mauvaises conditions météo redoublent, le brindis va à Yves Petrillat et la faena résultera honnête avant la longue mort du cornu.

Astillé, peut être mal voyant et supposé boiteux, le premier toro de Alberto LAMELAS (turquoise et or – silence et silence) sera changé pour un sobrero du même fer lourd, coriace. Contre toute attente le jeune maestro ira brinder au public une faena résultant guerrière, interessante. La musique joue, les gouttes tombent drue et la lame est défectueuse en se jetant. Son cornicorto de second abanto, sera lui aussi entrepris correctement avant d'être placé enfin presque correctement face au picador qui sera primé du prix « Pimpi » pour le meilleur tercio de vara. Volontaire, le maestro tentera de faire charger le méchant cornu et abrégera avec raison.

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 

RETOUR