bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

tombola

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Nîmes (18/09/2011 - matinale) : On attendait Tomas...

 

nimes

Photo : Daniel Chicot

 Et on a eu Thomas...

Certes, le Maestro de Galapagar n'a pas décu, bien au contraire et on lui en demande tellement... Il sort même par la Porte des Consuls pour son premier triomphe 2011.

Mais c'est Thomas Dufau qui aura marqué les esprits en cette matinée Nimoise, ne manquant pas de triompher face à l'excellent sixième, primé d'une vuelta al ruedo posthume.

L'affaire s'était pourtant mal engagée avec des toros changés, des toros faibles et une pluie persistante. Puis l'effet Jose Tomas a joué et le public s'est autorisé à y croire. Espoirs récompensés avec le triomphe des deux "Tomas" et la vuelta au dernier toro.

Seule la pluie a résisté...

ElTico

La chronique d'Anthony Pagano :

Le bon Tomas et le vrai Dufau.

Javier Conde comme à son habitude ne prit aucun risque face à ses deux adversaires. Il donna une bonne série gauchère à son premier laissant présager une faena meilleure que celle qu’il donna. Après quelques bons détails muleteros, la faena fut heurtée et inintéressante face à un toro s’éteignant rapidement. Il recula beaucoup face au quatrième et toréa plus le public que son toro. Faena longue et sans intérêt qu’il termina par une demi épée sans s’engager.

José Tomas donna de bonnes véroniques à son premier qui reçut trois piques sans grande histoire. Il entama la faena par des doblones un genou à terre et servit ensuite de bonnes séries sur les deux pitons. Le madrilène montra un répertoire de passes variés durant sa faena, dont une très bonne série de naturelles pieds joints. Il termina par une série de manoletinas compas ouvert, tua le toro d'une entière en place et coupa deux oreilles dont une généreuse. Face au cinquième de la matinée, dont la mort fut brindée à son péon, José Tomas toréa avec beaucoup de douceur et de temple. Apres une séries de derechazos les pieds cloués au sol, il coucha son adversaire d’une entière tendida et coupa une oreille après deux avis.

Thomas Dufau ne put rien face au premier Parladé (en remplacement du premier titulaire) qui se révéla totalement éteint et invalide après une série à droite. C’est dépité que Thomas le tua d’une demi lame tombée. Le toro reçut une bronca à l’arrastre. Le landais donna la meilleure faena de la matinée face au dernier exemplaire qu’il accueillit d'une larga de rodillas et qui reçut deux piques en brave. Il entama la faena par un cambio au centre et donna ensuite de bonnes séries sur les deux pitones avec rythme. Thomas toréa de manière relâchée et parvint à donner de l’émotion dans les tendidos. Il coupa deux oreilles méritées après une entière en place. Grand jour pour le français.

Anthony Pagano

Fiche Technique :

Cinq exemplaires de la ganaderia Jandilla, un de Vegahermosa et deux de Parladé en remplacement des deux premiers titulaires, après une chute qui le rend invalide pour le premier et le deuxième pour s’être cassé la corne. Les deux exemplaires de Parladé ont déçu, le premier faible et invalide et le deuxième allant a menos, finissant éteint. Ceux de Jandilla-Vegahermosa tous nobles mais faibles à des degrés divers. Meilleur le dernier.

Entrée : Plein.

Temps : Couvert avec averses intermittentes.

Poids des toros : 504, 487, 518, 497, 505, 506, 535 et 567 kgs.

Rencontres avec la cavalerie de Philippe Heyral: 13.

Durée de la course: 2h50.

A noter : Les trois toreros ont reçu une ovation a l’issue du paseo. Thomas Dufau confirmait son alternative. José Tomas est sorti en triomphe par la Porte des Consuls et Thomas Dufau par celle des cuadrillas. Le sixième toro a été honoré de la vuelta posthume.

 

Javier Conde (Vert bouteille et or): Silence / Silence après 1 avis.

José Tomas (lie de vin et or souligné de blanc): 2 oreilles / 1 oreille après 2 avis.

Thomas Dufau (framboise et or souligné de blanc): Silence / 2 oreilles après 1 avis.

 

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

RETOUR