bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Dax (11/09/2011) : Amertume générale...

 

dax

Photos : Nadège Vidal

Changement d’ambiance, ce dimanche le ciel était couvert et les esprits tendus. Les toros de Victoriano del Rio ont tous été protestés pour leur manque de trapio. L’ambiance était à la contestation  et les quolibets ne cessèrent de surgir des tendidos. Il y eut même une banderolle "aficion indignée" au sixième. Elle fut très applaudie.

Pourtant les toreros firent l’effort. Morante de La Puebla absent au premier -mis à part quelques véroniques de son jus- tenta tout et son possible au second passage. On vit alors quelques pincées de cet art si personnel qui le caractérise, quelques détails, car la faiblesse de l’opposant ne lui permit pas d’atteindre le Nirvana. Mais les amateurs se seront régalés de sa fin de faena où il fit preuve d'une entrega qu'on ne lui connaissait pas.

El Juli, sauveur des empresas, cacha par sa technique l’inanité des opposants. Bien à son premier, il construisit parfaitement sa seconde faena qui, allant à mas, finit par retourner le public. Mais les dieux n’étaient pas avec Julian qui peina avec l’épée et la mauvaise humeur ambiante se poursuivit.

El Cid vit son premier toro particulièrement protesté pour son manque de trapio dès sa sortie. Le torero de Salteras dessina pourtant de belles figures de cette main gauche magique et tua d’une entière basse. Il eut le courage d’offrir le dernier à un public amer et cette fois, il se fâcha vraiment, un spectateur l’ayant apostrophé durement. Deux séries finales de qualité terminées par ces longs pechos dont il a le secret  Ces efforts ne servirent à rien, le ciel n’y étant pas : un tiers de lame et trois pinchazos et quelques bravos.
La soirée se conclut par une grosse bronca finale.

Pierre Vidal


Dax, dimanche, seconde de Toros y Salsa. Plein.
4 toros de Victoriano del Rio et 2 de Cortés (le second et quatrième).
Morante de la Puebla ébène et or: silence et silence après un avis.
El Juli olive et or: ovation et salut.
El Cid encre et or: un avis et salut et ovation.

Reportage photographique : Roland Costedoat photos

 

 

RETOUR