bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Bayonne (04/09/2011 - soir) : on ferme de belle façon !

 

bayonne

Photos : Pierre Charrain

Chance en premier lieu avec la pluie qui cesse une heure avant ce dernier paseo.
Quelques coups de sciure et en avant la musique pour voir défiler EL JULI (vermillon et or – deux oreilles et salut), Jose Maria MANZANAREZ (châtaigne et or – oreille et oreille après avis) et Daniel LUQUE (fushia et or – salut et ovation). Casi no hay billetes et ambiance comme on sait faire en bordure d'Atlantique. Dans les corrales six exemplaires dans les tons castaño de Daniel RUIZ vraiment bien présentés et armés, seul le quatrième sortait du lot, haut, maigre et noir.

On a commencé avec un Juli impartial et donnant une leçon de toreo y compris dans des mises en suerte originales. Pas de brindis mais la barre est haute d'entrée de jeu, noblesse et musique avant lame concluante faisant tomber deux oreilles... Beaucoup plus coriace son second ne l'inspirera pas outre mesure au capote et la faena sera essentiellement gauchère. Lame cette fois de verdad et gros salut du Madrilène.

Derrière il fallait s'arrimer, ce qu'a parfaitement fait Jose Maria face à son premier victime d'une vuelta de campana laissant quelques traces. «Duque» est noble et le toreo est de classe. Musique, pinchazo et entière pour un appendice fêté. Autre oreille plus critiquable mais réclamée par la foule, et la foule paye, après une faena distillée avec beaucoup d'aguante. Le bougre ne se livre pas, la musique joue (?) et la lame est au recibir résultant derrière et tombée.

Le petit jeunot, Luque, se montrera artiste, précis et en fait torero face à un premier beau, fin et noble lui aussi avec quelques aspérités sur la gauche. Antonio Manuel Punta saluera après palos extra. Du beau Luque, musique, temple avant deux pinchazos et entière limitant le succès à portée de main. Son second colorado bien armé, joli et fin ne se livrera pas au capote avant que le jeune maestro ne brinde au conclave. Le toro fléchit souvent rendant la faena quelque peu insipide. « Puñalero » cornée beaucoup mais notre Daniel reste devant et nous fait plaisir. Pinchazo et lame tendida et grosse ovation avant que ses compagnons Juli et Manzanarez ne sortent a hombros.

Pierre Charrain

 

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 

 

RETOUR