bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
barondeau
pub
uctpr
pub

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 

 
 
 

 

 

 
 

 
 
 

 

LOGO

Saint-Sever (11/11/2011) : A Borja Jimenez tous les prix...

st sever

Photo : Pierre Charrain


Le blond bonhomme souriant viendra donc en ce 11 novembre rafler tous les prix mis en compétition soit celui attribué au meilleur novillero, celui récompensant le meilleur geste taurin et celui attribué à la meilleure naturelle … la Peña Jeune Aficion attribuant le prix au meilleur novillo après pas mal d'hésitations à celui de Baltasar IBAN sorti en sixième position. Une machine a embister des deux bords, véloce et noble dans la muleta un peu électrique de Tiago SANTOS. Tout comme a son premier (CRUZ MADRUGA) le jeune portugais se montrera assez malhabile palos en main et instrumentera une faena ornée, parfois, de jolies séquences.

Décontenancé par son second de URCOLA qui avait pourtant une gauche exemplaire, Juan CORTES (rose et or – silence après avis et silence après avis) restera fort en deçà des possibilités offertes et conclura de trois lames transperçantes … Le jeune maestro se montrera élégant au capote face à son Pablo MAYORAL, joli jabonero, affublé d'une faiblesse chronique interdisant tout éclat.

Le blondinet de cette après-midi, Borja JIMENEZ, aiguillonné par « Papa  Espartaco », se montrera très à l'aise face à son premier de CASTILLEJO DE HUEBRA reçu bien élégamment de cape. L'accueil est genoux en terre au centre et le joli « Murubeño » répète inlassablement avant de partir vers les planches lorsque la toile devient trop pressante. Entière et seule oreille du jour. Un peu moins de réussite face à son second de l'ASTARAC, bon mais incompréhensiblement vite arrêté ? Le brindis va à Olivier Barratchart et au charbon pour tenter de répéter le succès.

Bon accueil, bonne ambiance taurine et initiative à renouveller.

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

Fiche Technique : Joël Buravand

Novillada sans picador

2/3 d’arène

Pas de sorteo, sortie par ordre d’ancienneté des encastes.

Ganaderias :

- PABLO MAYORAL – (VERAGUA)

- TOROS DE URCOLA – (URCOLA)

- L’ASTARAC – (PEDRAJAS)

- CRUZ MADRUGA – (MARTINEZ)

- CASTILLEJO  DE  HUEBRA - (MURUBE)

- BALTASAR  IBÁN – (CONTRERAS  GUATELES)

Juan Cortes, Or et vieux rose : Silence après avis / Silence après avis

Borja Jiménez, Or et bleu turquoise : Oreille / Salut au tiers

Tiago Santos,  Or et bleu turquoise : Silence / Vuelta al ruedo après avis

Joël Buravand

Reportage photographique : Joël Buravand photos

 

LOGO En matinée  : tentadero de machos sans lauréat !

Intéressante matinée et intéressante initiative que ce tentadero de machos de cinq encastes différents. Belle petite entrée récompensant un peu la « Pena Jeune Aficion » et Jean Gilbert de leurs efforts. Hélas le jury composé de membres éminents n'a accordé aucun trophée en cette matinée du 11 novembre.

Distrait et chutant quelque peu le premier novillo de VALRUBIO (Villar Vega) ira prendre deux picotazos administrés par Oscar Bernal avant de se laisser faire timidement des deux bords par Ricardo Torres. Jolis muletazos au final avant lame transperçante suivie d'une entière.

Mariano CIFUENTES (Coquilla) avait envoyé un novillo qui sera mal piqué par André Imbert et ressortira invalide des trois piques sous lesquelles il semblera perdre le moral. Le train arrière flanche beaucoup et Julien Lescarret sera contraint de n'entreprendre l'animal que sur la gauche, la droite laissant entrevoir quelques scories.

Face à un novillo astifino de MALABAT (Atanasio Fernandez) Fernando Cruz passera de bien mauvais moments. Imbert pique par quatre fois un novillo cornéant beaucoup et sortant seul. La droite est indigeste et la gauche débutée rébarbative sera grandement améliorée avant une lame contraire au deuxième essai.

Assez laid le novillo de GUSTAL DE CAMPOCERRADO (Arranz) fera passer de mauvais moments à Raul Velasco qui démontrera un pundonor tout à son honneur. Sortant seul, cornéant et poussant peu sous trois piques administrées par Imbert le novillo se révélera très compliqué infligeant quelques volteretas spectaculaires au maestro visiblement déçu.

Le dernier novillo de cette matinée, Andres Celestino GARCIA (Santa Coloma) noble et faible, se révélant quasi invalide sous le fer de Bernal permettant toutefois à Mario DIEGUEZ un toreo gestuel magnifique servi avec grande envie sur les deux côtés.

Pas de prix donc pour les cinq pensionnaires qui n'auront pas le bonheur de regagner leurs pâturages afin de procréer...

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

RETOUR