bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Istres (19/06/2011) : Ventura et Leonardo a hombros

 

istres

Photo : Anthony Pagano

C'est une corrida chargée d'émotion qui fit office de fermeture de la feria, notamment grâce à la combativité des toros proposés. Diego Ventura et Leonardo Hernandez sortirent à hombros tandis que Sonia Matias laissa une très impression générale malgré ses échecs aux aciers

Sonia Matias fut mise en danger au départ par ce toro de San Mateo très rapide et violent. Mais armée d'un vrai courage la jeune femme prit les choses en mains et régla le problème en deux rejons. Et si elle privilégia la pose des banderilles au cuarteo, elle démontra une réelle capacité à templer. Elle prit ensuite de véritables risques en allant poser ses roses Al violin et entre les planches. Le tout se voila au moment de la mise à mort. Ne réussissant pas à tuer son toro, son banderillero dut le descabeller non sans mal.

Face à son second du même fer, le premier rejon prêté par Ventura ne rentra pas totalement et le second fut posé au cuarteo dans un rythme et une précision parfaites. Aux banderilles son entrega et son efficacité séduirent le public, notamment ses violins spectaculaires. Elle marqua une amélioration cette fois ci au moment de la mise à mort, échouant une fois dans l'épaule puis réussissant au deuxième essai. Salut.

Diego Ventura mit la barre bien plus haut dès la salida avec son cheval Chocolate si détendu devant ce toro de Carmen Lorenzo que Diego sembla carrément s'amuser. Aux banderilles ses quiebros furent tout simplement surréalistes et la pose de trois banderilles courtes sur un petit cercle au galop mit la foule en délire. La mise à mort fut propre et efficace: les deux oreilles tombèrent.

Il arrêta net son second de San Mateo grâce à ses petits demi-tours vers la queue dont il a le secret et qui ont tant d'effet sur l'animal et le public. Aux banderilles il se laissa dangereusement approcher par ce toro encore très mobile et constant dans ses charges rapides. Grâce à son cheval Wellington de sang américain il renouvela ce fameux quiebro à l'effet imparable sur le cornu. Il pincha une fois puis dut utiliser le descabello à deux reprises.

Leonardo Hernandez eut du mal à intéresser son exemplaire de San Pelayo distrait, réservé et parfois même imprévisible. Il parvint pourtant à en faire un collaborateur après deux rejons posés avec malice. Aux banderilles il torea beaucoup par galops de côtés pour de longues poursuites réduites au fur et à mesure que le toro se dépensait jusqu'à y tourner autour quasiment de face. Lui aussi tua vite et bien, recevant ainsi les deux trophées.

Son second de Carmen Lorenzo se révéla lui aussi excellent. Il chercha d'abord à beaucoup le faire courir afin de profiter de cet élan donné au toro pour poser ses banderilles au quiebro de manière plus spectaculaire. Une fois le toro plus soumis, il pu s'essayer à la pose à deux mains avant de le tuer d'un rejon à l'effet trop lent. Un coup de descabello et une oreille.

Marie Barcelo

Reportage photographique : Anthony Pagano photos

Reportage photographique : Daniel Chicot photos

 

RETOUR