bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Mauguio (19/06/2011) : Oreille pour Tomasito

 

tomasito

Photo : Eric Hermet

Pour cette 23 ème édition de la Romeria de Mauguio, les organisateurs avaient retenu l'élevage Madrilène de Sotillo Gutierrez, d'encaste Juan Pedro Domecq, Jandilla et Toreon.
De présentation correcte, les toros ont fait preuve de piquant tout en péchant un peu par manque de force.
Les échecs répétés aux fers leurs permirent de sortir avec  leurs pavillons.
Deux tiers d'arène, avec un léger vent et ensoleillé.
 
Morenito de Aranda.
Son premier, de belle présentation, débuta par une "vuelta de campana".Une rencontre au cheval et le bicho se réserva.Les charges devinrent courtes. Bouche fermée jusqu'à la fin, deux pinchazos et une entière pour conclure.Applaudi à l"arrastre"
Pour son second Aranda débuta par de belles Véroniques et Chicuelinas. Un contact au cheval, violent. Belles séries de la gauche et de la droite et la musique joua. Le toro devenant distrait Morenito abrégea. Deux tiers d'épée et deux descabellos avant un avis. Applaudi à l'arrastre.
 
Javier Cortes.
Encore un beau spécimen qui "remate" fort. Un contact au cheval.Bonnes séries à droite, toujours bouche fermée mais l'animal se garde et devient un peu tardo.Un pinchazo, une entière et trois descabellos plus tard, applaudi à l'arrastre.
Son second, un "Castagno"s'engage deux fois violemment dans la cavalerie. Violent et réservé, il devient âpre et distribue des coups de tète . Le Madrilène distribue tout de même quelques séries à droite et à gauche en "s'arrimant".Il lui faut deux pinchazos , une demi et quatre descabellos pour en venir à bout.
 
Après sa blessure Arlésienne, Tomasito était attendu par ses supporteurs.Son premier, un Castagno débute par une belle entame.Un contact à la cavalerie très poussé.Aprés l'avoir brindé au ciel Tomasito enchaîne de belles séries à droite et à gauche et la musique peut jouer.Un pinchazo et une entière concluante,donnent un pavillon mérité et le toro sort sous les applaudissements.
Son second,  attaque Jacques Monnier avec violence. Ce dernier ressortira de la confrontation avec l'acclamation du public. Mais l'animal a laissé beaucoup de forces dans la cavalerie et devient avisé et tardo. Un pinchazo une demi et quatre descabellos plus tard ,et la corrida se termine.
Dommage que les échecs aux fers aient gaché une partie de la fête.

Rédaction

 

 

 

RETOUR