bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Istres (18/06/2011) : Antonio Barrera, la belle histoire...

 

istres

Photo : ElTico

La belle histoire a commencé le 21 janvier dernier, lorsque Bernard Marsella a présenté les combinaisons de la Feria d'Istres 2011. En homme de coeur, il a présenté Antonio Barrera comme le premier engagé de cette édition en reconnaissance de la mémorable cogida dont il avait été la malheureuse victime en ces mêmes arènes en 2010. Outre son deuxième toro qu'il lui a brindé ce soir, c'est tout son coeur que le torero Sévillan a mis dans ces deux faenas pour démontrer que ce choix de l'empresa ne devait rien au hasard.

Les toros de Garcia Jimenez, conformes à ce qu'on pouvait en attendre eu égard à l'évènement, se sont montrés collaborateurs mais ont pêché d'un point de vue physique et moral. Les tauromachies très dominatrices de Morante de la Puebla ou Jose Maria Manzanares les ont par trop molesté dès les premiers muletazos et ils ont ensuite eu du mal à garder leurs belles embestidas initiales.

Morante de la Puebla a touché un premier toro obéïssant, mais dont les charges étaient désordonnées. Il lui a servi une faena exclusivement droitière avant de le coucher d'une entière un peu plate et de deux descabellos. Le quatrième du jour l'accrocha par deux fois du piton gauche à la cape. Morante grimaça puis, agacé par le vent qui soulevait de trop sa muleta et par le sable récemment humidifié qui s'accumulait sous ses zapatillas, finit par les quitter avant de s'avancer vers son toro avec la moue des mauvais jours. Malgré-ce, il fit l'effort et offrit une faena de détails face à un adversaire plutôt violent qu'il coucha en quatre fois.

Antonio Barrera a touché un premier toro un peu tardo, mais vibrant dans ses charges quand il les concédait. Sa faena bien construite s'acheva par les fameuses circulaires qui plaisent tant au public français, bien qu'elles soient la hantise des photographes... Il tua son toro d'une entière après pinchazo et décrocha la première oreille de la course. Bien décidé à triompher grâce au cinquième, dédié à Bernard Marsella, et dont il avait pu mesurer la belle mobilité et la classe, il se montra plétorique lors d'une deuxième faena pleine, dans un style certes moins élégant que celui de ses deux compagnons de cartel mais sans aucune faute de goût. Il le coucha d'un beau recibir. Et la mort un peu longue d'un toro qui lutta jusqu'à son dernier souffle avec race ne l'empécha pas de recevoir les deux oreilles de son adversaire récompensé d'une vuelta posthume.

Jose Maria Manzanares fut également handicapé par la faiblesse de ses deux adversaires qui ne lui donnèrent guère l'occasion d'étaler sa tauromachie profonde. Dès les premieres passes à son premier, la muleta prit une vitesse de croisière d'une lenteur abominable et les tendidos grondèrent de plaisir. Mais les choses changèrent au moment de prendre la main gauche. Le toro s'arrêta et même si le torero tenta de reprendre possession des lieux de la droite, un ressort était cassé qui ne permit jamais à la faena de reprendre de l'ampleur. Il le coucha d'une entière en place mais d'effet long. L'Alicantin eut encore moins d'option face à l'ultime de la tarde, faible, devant lequel il se distingua de quelques détails toujours très toreros. Après un pinchazo, il en finit d'une entière cette fois-ci d'effet quasi immédiat.

Laurent Deloye "ElTico"

Istres - 18 juin 2011

Beau temps avec vent tourbillonnnant

Plein

6 toros de Garcia Jimenez (1 Olga Jimenez), correctement présentés pour la catégorie des arènes, commodes de tête, mansitos en général et présentant quelques faiblesses physiques et morales, donnant toutefois du jeu, plus mobiles les 2ème et 5ème, primé d'une vuelta al ruedo posthume.

6 rencontres avec la cavalerie Alain Bonijol.

Morante de la Puebla  : Salut / Salut après avis

Antonio Barrera  : Oreille / Deux oreilles.

Jose Maria Manzanares : Oreille / Salut.

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

 

 

RETOUR