bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Nîmes (13/06/2011 - soir) : Heureusement Morante...

 

morante

Photo : ElTico

Il faudrait créer un nouvel amendement au règlement taurin afin que les spectateurs qui contestent l'attribution d'une oreille s'adressent à ceux qui l'ont demandée... Ceci éviterait de voir sifflé un homme qui nous a tant fait rêver et qui même aujourd'hui dans des conditions difficiles, a montré une personnalité à nulle autre pareille... Cela étant, une fois les deux oreilles, dont une injustement gagnée rendue au peon, la vuelta de Morante de la Puebla a été chaleureusement fêtée... par tous.

Cette feria s'est achevée sur une nouvelle note décevante côté ganado. L'élevage vedette Núñez del Cuvillo nous aura une nouvelle fois laissé sur notre faim, et El Juli aussi qui n'a pas l'habitude de sortir des arènes de Nîmes sans trophée dans son escarcelle. Dommage, car l'affiche était prometteuse et semblait augurer d'un final en apothéose.

Fort heureusement, et même si c'est souvent à notre détriment, ce sont encore les toros qui décident...

Laurent Deloye "ElTico"

Morante de la Puebla, ouvrait le cartel. Son premier opposant sortit du toril manso, cependant il prit la première pique avec bravoure, en poussant, puis la seconde brève sans s’y appliquer. Il semblait en être sorti amélioré mais le torero ne voulut pas voir ce toro muleta en main malgré quelques beaux détails et l’expédia d’1/2 épée basse.

Après un premier tiers plutôt discret, personne ne se doutait de ce qui allait se passer pour le second combat. Une première série a droite et une seconde a gauche déclenchèrent le « Concerto de Aranjuez », et à ce moment là tout a semblé s’arrêter. Le maestro de la Puebla donna une dimension et une émotion unique à sa faena. Morante sembla avoir hypnotisé le public, lenteur, pureté, temple et inspiration. Le toro s’affaiblissant au fil des séries, il dut prendre l’épée. Il coupa 2 oreilles, dont une protestée. L’orchestre Chicuelo II reçut une ovation pour l’instant musical.

Pour son second contrat Nîmois, El Juli attaqua de belle manière au capote par des véroniques. Après un premier tiers en demi teinte, Julian Lopez commença la faena au centre du ruedo. Le Nuñez compliqué sur le piton gauche mais intéressant sur la droite permit au Juli de donner d’intéressants muletazos, longs et templés. Il tua d’une entière tombée.

Dur labeur d’El Juli, pour tenter de tirer quelque chose du cinquième du jour, le plus mauvais - faible et sans transmission-, mais en vain. Il le tua d’une entière efficace.

Daniel Luque complétait le cartel. Il commença sa première faena par des statuaires et de beaux détails muleteros. Mais le combat s’enlisa faute de toro, Daniel tua après quatre séries, d’un vilain bajonazo atraversado et d’une entière tendida.

Le dernier combat de la féria débuta par une belle entame au capote, avec de belles véroniques de l’andalou. Beau tercio de quites entre Daniel Luque et Morante de la Puebla qui répondit. Pour la suite, Daniel donna de beaux instants sur le piton gauche, mais avec des difficultés à lier les passes. Il termina la faena entre les cornes et tua d’une entière tendida, coupant un oreille quelque peu généreuse.

Anthony Pagano

Nîmes - 13 juin 2011

Dernière de Feria

Beau temps puis couvert a partir du 3ème toro.

Quasiment Plein.

Six pensionnaires de la ganaderia «Nuñez del Cuvillo» correctement présentés, donnant du jeu mais présentant des complications pour la plupart, meilleur le quatrième.

12 rencontres avec la cavalerie.

Poids des toros : 472, 477, 483, 476, 518 et 497 kilos.

Durée de la course : 2h20.

Morante de la Puebla (Bubble-gum et azabache) : Légère bronca / 2 oreilles.

El Juli (Vert impérial et or souligné de blanc) : Salut au tiers / Salut au tiers.

Daniel Luque ( Mer des caraïbes et or souligné de blanc) : Silence / 1 oreille.

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

 

 

RETOUR