bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Vic-Fezensac (13/06/2011 ) : L 'ultime oreille de la cuvée 2011 pour Sergio AGUILAR.

 

fundi

Photo : Isabelle Dupin

Émouvant le salut de FUNDI après le paseo pour tant de services rendus ! Dans les boîtes six exemplaires de ALCURRUCEN, fort bien présentés, bien armés mais avec avec quelques aspérités flagrantes.

Jose Pedro PRADOS « EL FUNDI » (violet et or – oreille et salut du burladero) nous fera revivre les grands jours du Fundi que nous aimons. Face à un très bon collaborateur, mobile, et pas idiot du tout le Madrilène se montrera à son avantage au cours de la séquence des banderilles suivie d'une excellente faena servie sous le soleil et la musique. Les deux bords sont abordés, les pechos sont profonds et la lame est efficace après avoir subi une impressionnante voltereta heureusement sans gravité. Autre musique a son second, costaud de colorado claro, qui s'endormira sous le matelas. Pas de palos cette fois et brindis à « Maman Fundi », émue, suivi d'une faena au cours de laquelle il ne pourra que démontrer les mauvaises qualités de l'adversaire.

Élégant, beau dans son costume violet clair et or (salut et salut) Juan BAUTISTA face à un premier très astifino auquel il servira un capoteo alluré et brindera au conclave une douce faena en gagnant le centre. Moins évident à gauche et perdant du moteur le bestiau sera couché d'une lame accidentelle et d'une entière. Capoteo de nouveau splendide et façon originale de mettre en suerte par deux fois. Pas de brindis et « l'épi de Camargue » trouve la distance, le terrain et deux seules séries templées suffisent pour déclencher les notes.Sanctions ridicules des quelques desplantes, pinchazo et lame concluante.

On attendait Sergio AGUILAR (lui aussi violet et or – silence et oreille) qui se montrera fort élégant au cours d'une deuxième faena allurée agrémentée de détails que l'on attendait un peu, un tout petit peu plus, engagés. Le manso de gala ne mettra jamais la tête dans l'étoffe. L'ovation monte et la fin sera ornementée de quelques naturelles servies de face. Peu d'options face à son coriace de premier poussant avec envie sous deux piques. Le toro stoppe souvent, cornée dans l'étoffe et refuse de collaborer. Plusieurs tentatives et contraire derrière.

Pierre Charrain

Reportage photographique : Isabelle Dupin photos

Reportage photographique de la corrida de samedi soir : Pierre Charrain photos

Reportage photographique de la corrida de dimanche matin : Pierre Charrain photos

 

 

RETOUR