bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Vic-Fezensac (12/06/2011 - soir) : déception, déception.

 

cebada gago

Photo : ElTico

Au sortir de cette corrida dominicale beaucoup de commentaires semblaient désabusés. Pleines à craquer les arènes Vicoises ont été loin de vibrer aux exploits des gladiateurs du jour ! Le lot des héritiers de CEBADA GAGO, fort bien présenté, n'a semble t-il pas été bien compris par les piétons assistés par des cuadrillas assez pitoyables.

 

RAFAELILLO (violet et or – silence et silence) n'aura pas passé la rampe face à son premier, joli colorado, bien armé qu'il entreprendra bien délicatement sur les deux côtés sans condescendre à s'arrimer davantage. Lame derrière au troisième essai et descabello. Son second, beau, l'obligera a replier le capote. Deux puyazos sans illusion et pas de brindis avant que le Murciano cherche, en vain, de construire quelque chose … coups de tête et quolibets le feront abréger rapidement.

Fernando ROBLENO (rouge et or – oreille et sifflets après avis) se battra comme un petit coq honnêtement sans parvenir à convaincre ni le toro ni le public. Entière portée avec foi, bousculade et oreille très protestée suivie d'une bronca au président. Le capote servi a son « tren » de second sera ovationné avant l'épisode des piques. Une pique par surprise suivie de deux autres fortes puis deux autres piques délibérées après sonnerie sous le regard absent du chef de lidia... Pas de brindis et pas, ou peu de faena a un tio arrêté et difficile. Bajonazo pour conclure et hurlements du public qui garnissait quasi complètement les arènes.

Le troisième homme , Luis BOLIVAR (bleu vert et azabache – silence après avis et silence après avis) restera curieusement contrarié face à son magnifique premier reçu pourtant fort élégamment au capote. Brindis au public (?) et … parcimonie excessive distillée passe après passe. Son second, le dernier de la corrida, sera changé incompréhensiblement, pour un « tonton » de La CAMPANA auquel il servira un ersatz de faena des deux bords. Ouf on en terminait.

Pierre Charrain

 

 

 

 

 

 

RETOUR