bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Captieux (05/06/2011) : Le Mexique à hombros !

 

captieux

Photo : William Lucas

La météo laissait augurer de quelque grisaille sur ces Landes et il n'en fut rien sur les arènes « Jean Sango » parfaitement garnies jusqu'au « no hay billetes » pour cette novillada désormais traditionnelle.

17H00, taratata et paseo pour Mathieu GUILLON (petrole et or – silence et silence), Sergio FLORES (vert et or – oreille et oreille) accompagnés par Fernando ADRIAN (ciel et or – silence et oreille). En tribune Don Victorino MARTIN et son fils n'ont eu qu'assez peu de satisfactions en voyant en piste leurs pupilles marqués au fer d'URCOLA. Bien présentés et bien armés tous eurent dans l'ensemble des velléités de jouer de la corne hormis le premier et le second de Flores qui se sont mieux prêtés au jeu.

Le petit Mexicain FLORES sortira donc par la grande porte après deux faenas sympathiques dont on retiendra surtout la seconde brindée au maestro Gomez- Escorial et accompagnée par la peña « Al Violin ».

En revanche bien mauvaise après-midi pour Mathieu GUILLON. On sait cet élève de« Adour-Aficion » beaucoup plus à son aise dans le registre artistique alors le retrouver face à ce genre de novillo, court et violent son premier qui se demandait s'il était manso ou non sous trois contacts, relevait de la gageure. Son second, algo berrendo, lucero l'inspirera encore moins que son premier. Rien au capote, pas de brindis, pas de faena, lame vite prise et fort protestée comme le sera la kyrielle de descabellos.

Larga aux planches de Fernando ADRIAN et fort élégant capoteo pour accueillir son lourd premier. Brindis au conclave et bonne entame de faena avant que ce diable de « 24 » ne décide de prendre le dessus puis se couche sous une lame un peu déficiente et deux descabellos. Mieux, bien mieux la faena servie à son second, magnifique colorado très astifino. Reçu dans l'expectative au capote le bel espagnol ira ensuite jusqu'à banderiller sous l'ovation. Pas de brindis et bataille en gardant un oeil sur la corne souvent chercheuse. La fin est assez spectaculaire, interessante, et la demie lame suffisante pour que tombe l'ultime oreille de ce 5 juin.

A noter que la cuadrilla de Flores se verra attribuer le prix de la meilleure lidia (2èmè novillo) et que le prix à la meilleure estocade ira encore à Flores (1er novillo). La moisson quoi !

Pour ternir ce tableau le président de la peña locale se permettra en annonçant les prix au micro de dire sous les huées qu'il « avait été très déçu du comportement du « régional ». Pundonor quoi !

Pierre Charrain

 

Reportage photographique : Pierre Charrain photos


 

 

 

RETOUR