bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Nîmes (11/06/2011 - matinale) : Jose Maria Manzanares ou le triomphe de l'élégance

 

manzanares

Photo : ElTico

Triomphateur de toutes les grandes ferias 2011, Jose Maria Manzanares II n'a pas laissé passer l'occasion d'un nouveau triomphe en terres Nîmoises à l'occasion de l'alternative de son frère Manuel, et sous les yeux de son torero des toreros de père. Et qu'importe si ses deux toros ne transmettaient guère... En ce moment, l'Alicantin ferait charger des armoires. Deux estocades a recibir clôturaient des combats de grande qualité, la dernière toutefois passablement tombée...

A cheval, il n'en a pas été de même. Manuel Manzanares a coupé une oreille de son bon premier mais s'est retrouvé en délicatesse avec les aciers à l'issue de son deuxième combat. Quant à Pablo Hermoso de Mendoza, parrain de luxe, il a du pour une fois sortir des arènes à pieds après avoir également coupé au premier mais séché face à un second opposant arrêté.

Et alors qu'on attendait une sortie triomphale par la porte des Consuls grande ouverte par quatre oreilles et une queue, Jose Maria Manzanares s'en est allé à pieds, accompagnant son frère passablement déçu... Peut-être jugeait-il également l'octroi des trophées un peu généreux... On ne le saura certainement jamais. Mais n'est-ce pas cela aussi l'élégance ?

Laurent Deloye "ElTico"

 

Manuel Manzanares se vit remettre le rejon par Pablo pour sa cérémonie d'alternative avant de lui brinder ce toro de Carmen Lorenzo. Ce dernier laissa deviner beaucoup de qualités telles que la mobilité et la fixité du regard. Les deux premiers rejons posés au cuarteo soulignèrent sa volonté de toréer de face. Aux banderilles ses quiebros mêlés à quelques airs de haute école conquirent le public même s'il ne se laissa pas vraiment approcher jusqu'à la pose des banderilles courtes. Il tua d'un rejon et d'un coup de descabello, ce qui lui permit de couper une oreille.

Il brinda son second toro de Carmen Lorenzo à son père et son frère. Malgré beaucoup de volonté et d'excellents chevaux il commit quelques petites erreurs dues simplement à son manque d'expérience. Son cheval gris de banderilles possédant plus de métier releva le niveau mais un peu tard car le toro ne collaborait plus. Une mise à mort laborieuse le priva de tout trophée .

Pablo Hermoso de Mendoza reçut son exemplaire de San Matéo en l'enroulant beaucoup dès le départ afin de l'intéresser . Avec Silveti la faena s'envola littéralement. Ses poursuites au galop de côté, infinies, donnèrent la sensation que le cheval ne touchait plus le sol. La pose de trois courtes sur un petit cercle fut conclue par la position du téléphone, marquant ainsi l'entière domination du toro. Il tua d'un rejon et d'un coup de descabello. Une oreille.

Son second toro de San Mateo l'aida beaucoup moins, l'attendant beaucoup. Ceci ne facilita pas les choses à Saramago, ce cheval de salida nouveau venu dans sa cuadra, acheté au français Tony Martins il y a peu. Afin de pouvoir poser les banderilles il dû se résoudre à toréer dans un terrain très rapproché, effectuant même un tête à tête cheval/toro grâce à Icaro, ce sublime isabelle. Un pinchazo, une entière et salut aux tiers.

Jose Mari Manzanares invita son toro de Garcigrande d'une bien belle manière à la cape par véroniques plus profondes les unes que les autres, le tout relevé de deux chicuelinas envoûtantes. Il brinda ensuite cette faena à ses deux compagnons de cartel. Muleta en main il sembla déjà extrêmement à l'aise face à cet intéressant toro, noble et allègre. C'est ainsi que débuta une démonstration magistrale d'art. La muleta traînant au sol, il enchaîna dans des postures plus qu'élégantes quelques derechazos euphorisants, pour une faena courte mais intense. Un grand coup d'épée lui permit de couper deux oreilles.

Il recut son second du même fer à genoux avant de dérouler une fois encore un toreo de cape esthétique au possible. Ce toro poussa avec bravoure sous le fer par deux fois, avant d'être embarqué dans la cape de Morenito de Nîmes pour un bon quite par gaoneras. Il brinda ensuite à son père le grand Torero du même nom qui reçut d'ailleurs une formidable ovation. Il eut une nouvelle fois la chance de son côté avec cet excellent toro, toujours au galop et obéissant au leurre. Évidemment il n'en faut pas plus au maestro pour nous faire rêver. Tantôt calme et précis , tantôt embarqué dans un flot divin de passes inspirées d'un ballet flamenco des plus suaves. Une entière : deux oreilles et la queue.

Marie Barcelo

Nîmes

Feria de Pentecôte - 11 juin 2011 - 5ème de feria

9/10ème d'arène - Beau temps

4 toros de Carmen Lorenzo et San Mateo, et deux de Garcigrande.

Manuel Manzanares : Oreille / Applaudissements

Pablo Hermoso de Mendoza : Oreille / Ovation

Jose Maria Manzanares : Deux oreilles / Deux oreilles et queue

 

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

 

RETOUR