bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Arles (25/04/2011 - matin) : Ventura 3, Mendoza 2...

 

arles

Photo : Jean-Claude Carbonne

Diego Ventura plus déterminé que jamais face à son rival Mendoza lui refusa carrément la poignée de mains que celui-ci lui tendait lors de la détente des chevaux.

Et c'est donc cette rage là qu'il mit en piste, osant avec son immense bai quelques interminables poursuites de très près au temple bluffant. Son tête à tête avec le toro termina de convaincre un public déjà subjugué et une mise a mort réussie lui permit de couper deux oreilles.

Il fit son show face au second, notamment avec cet Isabelle qui galope sur trois pattes. Il alla toujours plus loin dans le spectaculaire, comme pour dire à son rival, je peux faire toujours plus. Comme ce moment extraordinaire ou il recula jusqu'à avoir la croupe aux planches, laissant venir ce toro brave à lui, et posant cette banderille a recibir. Il descabella de main de Maître et coupa ainsi sa troisième oreille.

C'est en piste que Pablo répond le mieux à ce genre de provocation, nous offrant poses de banderilles plus spectaculaires les unes que les autres, et réglant le problème de querencia de son premier en deux rejons. Mais le point d'orgue de la Faena survint grâce au cheval Icaro un isabelle au tempérament très affirmé en face à face avec le toro. Il ne put couper à cause d'un échec aux aciers mais c'est une erreur qu'il ne commit pas deux fois. En effet face au second et au terme d'une Faena trépidante il alla à son tour chercher les deux oreilles, notamment grâce à un rejon de mort à l'effet foudroyant.

Le portugais Joaquin Basthinas se révéla plus sobre et classique, posant les banderilles à l'ancienne époque dans un style particulier même si son toro ne l'aida pas du tout puisque enfermé dans les planches .

Son second plus commode manqua de le faire passer de l'autre côté des barrières . Mais sa faena courageuse fut vite effacée par une mise a mort laborieuse.

 

Marie Barcelo

 

Reportage photographique : Daniel Chicot photos

 

 

 

 

RETOUR