bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Arles (24/04/2011 - soir) : Miguel Abellan triomphe d'une intéressante corrida de Fuente Ymbro

 

arles


Photo : Daniel Chicot

Victor puerto reçut son premier avec décision pour palier aux hésitations de celui-ci dés la sortie des chiqueros, grattant le sol sans se livrer. Après deux piques sans relief, il nous offrit un quite par chicuelinas personnel et inspiré. Après avoir brindé au public, il sourit discrètement alors qu'il s'apercevait des difficultés de son toro. A droite il commença a intéresser l'animal par des passes données une par une. Il se mit vite dans les cornes ce qui ne fut pas pour déplaire au public forcé de reconnaitre que c'était effectivement la seule solution. Une demie lame et un coup de descabello.

Son second impressionna dés sa sortie par ses aiguilles et sa force. Un moteur qui, comme on pouvait le craindre dévoila aussi une grande violence et un comportement étrange. C'est par statuaires pour le coup culottées qu'il débuta à la muleta après l'avoir mis deux fois au cheval d’où il ressortit la pique sur le dos. A force de patience et de détails très techniques, il domina l'animal qui n'eut dès lors plus envie de charger. Et s'il est vrai qu'il prit trop son temps, une partie du public impatiente et irrespectueuse le siffla, passant alors à côté de ce qu'il était en train de réussir. Un pinchazo et une demie lame. Descabello.

Miguel Abellan : Il fallut beaucoup baisser les mains face au premier exemplaire un brin violent. Il fut ensuite beaucoup piqué par deux fois avant de se révéler évidemment faible dans la muleta de Abellan, mais avec beaucoup de noblesse et de générosité. A droite et a mi-hauteur pour pouvoir en profiter d'avantage, il se laissa aller à un toreo aux profondeurs enivrantes, le faisant charger de loin et parsemant le tout de détails artistes comme cette trinchera colossale. Voyant que le toro se reprenait, il se permit de lui baisser la main à gauche, dévoilant ainsi une autre dimension de sa tauromachie presque sensuelle. Il tua ce brave toro d'une entière qui lui permit de couper une oreille.

Son second fut fidèle au comportement de ses confrères à sa sortie du toril et dans la cape: violent et indécis . Il le fut tout autant dans le peto d'ailleurs. El Chano salua pour ses paires de banderilles posées avec aisance et sincérité . Dans la muleta le grand veleto montra, à la surprise générale une certaine franchise et une générosité suffisante pour permettre au Torero de nous offrir une nouvelle fois quelques "surnaturelles" émouvantes. Il tua d'une demie lame et d'un coup de descabello. Une oreille.

Matias Tejela mena son premier jusqu'au centre par véroniques de bonne facture dans une cadence parfaite. Débordant de bonnes intentions, il s'appliqua à placer son toro face au cheval par quites par deux fois. Ce dernier révéla d'entrée quelques qualités de noblesse et d'alegria dans la muleta du torero aux poignets d'or. En effet il mania le leurre avec une grande souplesse à gauche, bien que ce ne fut pas la meilleure corne de l'animal . Malgré tout la Faena manqua de ce je ne sais quoi pour convaincre un public exigeant. Peut-être d'émotion pensa le jeune-homme qui tenta désespérément quelques manoletinas. Il tua d'une entière et salua aux tiers, déçu ...

Son second n'eut d'yeux que pour le cheval, c'est pourquoi il fut pas mal piqué . Ce qui ne l'empêcha pas de se montrer gazapon, se retournant court et rapidement, à droite surtout. C'est donc à gauche qu'il commença à baisser la main, parvenant peu a peu à la mener plus loin et faisant du défaut du toro une qualité en le faisant charger de loin. Trois séries plus tard, ce ne fut plus le même toro sous nos yeux. Tejela lui donna même quatre manoletinas effroyables de beauté et de risque qui conquirent définitivement le public. Une entière, une oreille et vuelta posthume pour le toro.

Marie Barcelo

Arles - 24 avril 2011 - soir

2/3 d'arène - Temps beau et chaud

6 toros de Fuente Ymbro bien présentés, donnant du jeu en général sans se départir du piquant propre à la devise. Le sixième, Levantisco, n°191 - 510 kgs sera honoré d'une vuelta al ruedo.

Victor Puerto : Salut / Silence

Miguel Abellán, Oreille / Oreille

Matías Tejela, Salut / Oreille.

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

 

 

RETOUR