bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Arles (22/04/2011 - soir) : La dramatique alternative de Tomasito

 

arles
Photo : El Tico

Drôle de première journée de Feria... Commencée sous un chaud soleil et terminée sous la pluie ; première corrida débutée par la grâce et achevée dans le sang et les larmes...

Drôle d'encierro de Garcigrande, ouvert par deux grands toros, dont Pasion, n°73 de 510 kgs qui eut le grand bonheur de trouver sur sa route El Juli et qui regagnera prochainement sa finca à Salamanca, mais dont les quatre exemplaires suivants se montrèrent plutôt retors et peu propices au succès.

"Drôle" d'alternative pour Tomasito qui, sur son premier combat a une nouvelle fois conquis les arènes de sa ville avant de laisser échapper le triomphe épée en main, une nouvelle fois. Puis en toute fin, l'accident stupide avec un toro qui échappe à la cuadrilla et qui vient lui infliger une violente cornada au niveau de la cuisse droite. Aux dernières nouvelles, seul le muscle a été touché, et même arraché, mais il n'y aurait aucune lésion vasculaire. De sorte que si le pronostic est réservé pour cause de complications toujours possibles, on a toutefois échappé au pire...

Le jeune arlésien, vêtu de blanc comme de tradition est devenu matador de toros des mains d'El Juli en présence de Jose Maria Manzanares face à Deslenguado, n°32 de 525 kgs, qui s'est révélé un adversaire de tout premier plan pour le jeune docteur en tauromachie. Lors d'une faena toute personnelle, brindée aux élèves de l'Ecole Taurine d'Arles, Tomasito a obtenu l'adhésion du conclave avant de connaître les mêmes difficultés au moment de la mise à mort, qui lui valent de perdre trop souvent des trophées largement mérités épée en main.

El Juli n'a pas tué aujourd'hui... Son premier est rentré vivant au toril, grâcié sous les protestations d'une partie du public et il lui a fallu s'y reprendre à trois fois, dont un dernier Julipie peu orthodoxe, pour coucher son deuxième Garcigrande. Mais le bonhomme reste impressionnant d'aisance et de pouvoir. Faire briller Pasion ne fut qu'une formalité tant le toro possédait de qualités de combattant. Mais il n'en était pas de même avec le quatrième du jour, le plus gros de l'envoi, qui finit toutefois par passer à la moulinette, vaincu par la race de son matador.

Jose Maria Manzanares a touché le plus mauvais lot de la course. Avec son premier compliqué, il s'accordera en toute fin de faena. Mais il était bien difficile de passer après El Juli et le grand moment d'émotion que le Madrilène venait de nous faire vivre. Le cinquiéme était un poil meilleur et l'accord fut plus rapide. Malgré-ce, à deux reprises alors que les séries prenaient de l'importance, l'Alicantin se fit désarmer et dut recommencer à zéro sa recherche d'émotion. Et ce n'est pas le plus facile lorsqu'on s'appelle Manzanares et qu'on torée sans regarder une seule fois le public. C'est dire le poids de cette oreille qu'il obtint malgré tout sans "se vendre", mais uniquement sur la qualité de sa prestation.

Arles - 22 avril 2011 - soir

6 toros de Garcigrande bien présentés, bons les deux premiers (le n°73, Pasion, 510 kgs, sera indulté par El Juli), puis plus compliqués les quatre autres. 12 piques règlementaires.

Tomasito : Salut après deux avis / Blessure

El Juli : Deux oreilles symboliques après avis / Salut après avis

Jose Mari Manzanares : Salut / Oreille après avis

 

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

 

 

RETOUR