bonnes fetes
reportages 2007 2008 2010 2011 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Saint-Martin de Crau (13) : L'oreille du courage pour Julien Miletto

 

julien miletto

Photo : El Tico

Le deuxième corrida du concours Toros de France 2011 s'est révélée tout aussi décevante que la première, confirmant toutefois l'adage selon lequel "les toros sont comme les melons : On ne sait jamais comment ils vont être dedans...". Car de la même façon qu'à Vergèze la semaine dernière, la présentation elle était au rendez-vous. Une bonne note au crédit des éleveurs français, les choses de la piste sont hélas beaucoup plus aléatoires...

Côté Epées, une grosse satisfaction, mais aussi quelques déceptions. Javier Castaño a touché le meilleur toro du lot, certes faible, mais ne l'a pas exploité comme il le méritait. On a également vu Ivan Fandiño  à un meilleur niveau. Et au final, c'est Julien Miletto qui tire les marrons du feu dans ce contexte. Très professionnel, courageux, serein malgré l'adversité, le Nîmois s'est montré à la hauteur des ambitions qui sont les siennes en ce début de saison. Car il le sait fort bien, ce sont les oreilles coupées maintenant qui donneront l'impulsion décisive pour sa carrière. Et il est prêt à payer le prix fort pour réussir. Aujourd'hui, c'était le prix du sang...

Javier Castaño n'a pas su profiter de la bravoure et le noblesse de son premier opposant, arrivé certes parado dans sa muleta après trois rencontres avec le groupe équestre, dont deux lointaines. à l'issue d'une faena exclusivement droitière, il le coucha d'un quart de lame suivi d'un descabello. Son deuxième Tardieu prit également ses trois piques et s'arrêta donc en tout début de troisième tiers. Là non plus le natif de León  ne brilla pas sur la gauche et dut s'y reprendre à trois fois pour en terminer.

Julien Miletto toucha un premier toro réservé et dangereux qui le mit à l'épreuve à plusieurs reprises. Le français s'exposa beaucoup, tentant de forcer cet adversaire qui ne passait que peu à droite et pas à gauche. Il le coucha finalement d'une belle entière engagée, suivie d'un descabello. Le cinquième était une estampe de toro, un magnifique castaño qui prit ses deux piques règlementaires sans s'employer. Arrivé dans la muleta, il se révéla plutôt obeïssant, mais sans réellement humilier. L'accident survint après quelques belles séries sur les deux pitones, saluées par la musique. Le toro affaibli et dominé donna un hachazo sur place, plus par faiblesse que par vice, et atteint le Nîmois sous l'épaule droite, le baladant un instant à quelques centimètres au dessus du sol. Une fois le torero redescendu sur ses deux pieds et sa chaquetilla ôtée, une tâche rouge inquiètante se forma très rapidement, laissant craindre des lésions plus importantes. Mais au final, si le diestro Nîmois présente effectivement deux trajectoires d'une dizaine de centimètres (peut-être trois), celles-ci ne sont pas profondes et le pronostic est optimiste. Après avoir cueilli une oreille un peu protestée, certainement à cause d'une épée un peu basse, Julien était évacué vers le clinique Kennedy de Nîmes où il devait être opéré dans la soirée.

Ivan Fandiño s'est vu opposer un premier Tardieu qui marchait beaucoup et sortait haut des leurres. Après deux rencontres avec le groupe équestre armé par la cavalerie Bonijol, la faena fut essentiellement droitière. Après quelques séries construites et liées, deux envois étaient nécessaires pour coucher le bicho et Fandiño devait se contenter de saluer au centre. Sa deuxième prestation face à l'ultime, qui avait également rencontré le picador à deux reprises, connut de bons passages à gauche mais des accrochages trop fréquents sur le piton droit. Une demi-épée plate et un puntillero hésitant faisaient gronder les tendidos avant un nouveau salut an centre.

Laurent Deloye "El Tico"

Saint Martin de Crau (13) - 9 avril 2011

Temps estival -2/3 d'arène.

6 toros de Tardieu Frères très bien présentés, mais se révélant décevants dans l'ensemble, surtout au troisième tiers.

Javier Castaño : Silence / Silence

Julien Miletto : Silence / Oreille

Ivan Fandiño : Salut au centre / Salut au Centre

 

Reportage photographique El Tico photos

 

 

RETOUR