bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Feria des Vendanges à Nîmes

20 septembre 2009 - soir

6 "Valdefresno" 6

pour

Juan Bautista

Miguel Angel Perera

Daniel Luque

Conditions climatiques : Pluie au début puis ensoleillé

Entrée : 8/10ème d'arène

luque

Photo : El Tico

La plus grosse crainte pour cette corrida de clôture de la saison française 2009, outre la météo qu'on avait annoncé mauvaise, était ce lot de "Valdefresno", qui succédait sur notre sol national à ceux de Béziers (3 bons / 3 mauvais) ; Bayonne (6 mauvais) ; Arles (2 bons / 4 mauvais)... "Toros como los melones son", dans le mauvais sens du terme comme dans le bon : Les six toros lidiés aujourd'hui auront eu le même comportement, mansitos et semblant décastés à leur entrée en piste ; s'arranquant sous le fer sur 13 piques (3 le 2ème de Juan Bautista) sans grande classe, mais avec allant, et maniables dans les muletas des trois diestros du jour qui, on s'en doute, n'en demandaient pas tant. Le bon dernier s'est même vu honoré d'une vuelta posthume, que l'on attribuera plus volontiers à l'extraordinaire prestation de Daniel Luque qu'à ses qualités intrinsèques, tant il a été difficile de le piquer deux fois, la deuxième quasiment devant la porte du toril...

Juan Bautista aurait pu recueillir un succès important sans ses problèmes récurrents à l'épée cette saison. Après avoir été bien avec son premier, bas de race mais collaborateur, il eut besoin de deux essais avant de le coucher d'un descabello. Ensuite, il servit une grande faena classique au quatrième du jour, un adversaire bon et qui avait beaucoup de force et de transmission. Tout le répertoire y est passé, même des redondos qui ne sont pas une spécialité de l'arlésien. On leur préfèrera de superbes naturelles, qui malheureusement n'ont pas autant d'impact sur le public que les numéros de "touche-touche" servis à tout va depuis quelques années... Voulant jouer les deux oreilles sur un recibir, le toro ne l'aida pas et Juan Bautista rippa et ficha une lame entière dans le flanc du toro, gardant heureusement la poignée en main. Après ce "mete y saca", il couchait le toro d'une entière. Salut / Oreille

Miguel Angel Perera nous fit son habituel numéro d'équilibriste avec son premier, le faisant s'enrouler autour de lui avant de le coucher d'une grande estocade. Le cinquième avait beaucoup moins d'allant et la faena ne grimpa pas... Deux oreilles / Salut

Daniel Luque : On ne peut pas parler de révélation pour qualifier la prestation de l'Andalou aujourd'hui. Il laisse rarement passer l'occasion d'un triomphe depuis son alternative ... Nîmoise. Mais de mémoire de nombreux observateurs du callejon, ce qu'on a vu aujourd'hui en fin de faena au dernier toro de la Feria est du jamais vu... Tel la pointe d'un compas, il avait fait virevolter autour de lui son bon "Valdefresno", main droite-main gauche ; en "coup droit" comme en "revers" sur trois cycles complets... Le tout sans l'ayuda, fichée dans le sable quelques mètres plus loin. Déja, les changements de main, toujours sans ayuda et quelques minutes auparavant, c'était fort. Mais là, il venait de se passer quelque chose... Auparavant, il avait coupé une oreille de son premier, maniable, avec lequel il avait fait admirer son aguante. Oreille / Deux oreilles et queue.

Laurent Deloye "El Tico"

Reportage photographique : "El Tico" photos

RETOUR

 

occterra