bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Feria du Riz en Arles

6 Toros de différentes Ganaderias en concours 6

pour

Lopez Chaves

Sanchez Vara

Fernando Cruz

Conditions climatiques : Estivales

Entrée : 1/2 arène

rivas

Débutée par un paseo à trois toreros, la corrida concours d'ouverture de la Feria du Riz 2009 s'est rapidement transformée en mano a mano, après le forfait pour cause de douleur à l'épaule de Sanchez Vara. Infiltré peu avant sa présentation en piste, le torero de Guadalajara dut rapidement se rendre à l'évidence, et renoncer aux deux combats qui lui incombaient ce soir. L'ordre de sortie des toros fut modifié pour tenir compte de l'ancienneté des diestros.

Le fait est que les corridas concours n'attirent plus aujourd'hui la grande foule. Seuls les plus avertis des aficionados apprécient ce spectacle construit autour et pour le Toro. De plus, trouver des toreros à la hauteur de cette tâche est de plus en plus difficile dans cette catégorie. Que "Fundi" ou Padilla nous ont manqué aujourd'hui...

"Partido De Resina" : Le "Pablo Romero" sorti en première position avait la beauté du diable. Cependant, dés les premiers lances de cape, il sembla porter un peu trop de poids. S'élançant à trois reprises sur le groupe équestre de la cavalerie Bonijol, dont une dernière lointaine, il arriva arrêté dans la muleta de Lopez Chaves. Doté de bonnes intentions, il n'avait malheureusement pas les moyens physiques de ses ambitions. Le salmantin le coucha d'une entière basse. Silence

"Conde de la Corte" : Cet exemplaire à la charge lourde et chaloupée pris trois piques sans s'employer, puis se révéla maniable dans la muleta de Fernando Cruz en début de faena, sur le piton droit. Au moment de changer de main, le toro s'éteint et la fin se fit plus laborieuse. A noter cependant de bonnes attitudes de la part du madrilène, en manque de contrat cette saison. Salut au centre.

"Perez de Vargas" : Sorti au pas et peu clair, le Guardiola se rendit rapidement maître de l'ovale, ne faisant que ce qu'il voulait et quand il le voulait. Mais comme il avait décidé de faire mordre la poussière à son picador, il s'y employa à cinq reprises, de loin, sans que rien ne puisse l'en détourner. Se plaçant en suerte seul et à bonne distance, il balaya sur la première rencontre le cheval et son centaure, dont les pundonors conjugués firent merveille sur les quatre suivantes, la dernière déclenchant même quelques notes de musique. Un grand moment de tauromachie, d'équitation et de sauvagerie durant lequel les arènes debout, ont clamé leur bonheur devant ce tiers de pique "à l'ancienne" qu'on ne pensait plus revoir à l'ère de la mono destructrice. Une fois arrivé dans la muleta de son matador, le toro donna l'impression de se laisser faire, mais ce n'était qu'une illusion et il fallut un grand Lopez Chaves pour l'embarquer dans quelques vibrantes séries droitières intréguées, la corne gauche se révélant impossible. Oreille pour le torero et Vuelta al ruedo pour le toro, mort en brave au centre du ruedo.

Hubert Yonnet : Difficile de sortir après ce grand moment. Néanmoins, le local du jour défendit chèrement sa devise sur quatre rencontres à la cavalerie. En doublant le camarguais en début de faena, Fernando Cruz croyait certainement le ramener à la raison. Mais il n'en fut rien et, agile comme un chat et dangereux à tout instant, le Yonnet resta vainqueur moral d'un combat achevé d'un pinchazo avant entière peu convaincante. Silence

"Prieto de la Cal" : Nouveau palpitant premier tiers avec ce superbe Veragua qui s'élança quatre fois de loin, à la rencontre du groupe équestre, le balayant à deux reprises. La suite fut moins enthousiasmante, le toro arrivant compliqué dans la muleta d'un Lopez Chaves visiblement marqué (on le serait à moins) par l'effort consenti devant le "Perez de Vargas", qui ne put rééditer une telle performance et baissa les bras rapidement. Silence

"Celestino Cuadri" : Fernando Cruz, visiblement pas dans son meilleur jour, n'arriva pas à trouver la clef d'un toro violent et de peu d'option, qui s'était peu employé sur trois piques anodines. Silence après 2 pinchazos et un descabello.

Le toro "Clavel Blanco", N° 38, 610 kilos, origine Pedrajas, né en septembre 2004 était fort justement déclaré vainqueur du concours.

Après avoir fêté les 150 ans de la ganaderia Yonnet, logiquement, le prix du meilleur picador était attribué à Juan Luis Rivas, de la cuadrilla de Lopez Chaves. Le prix " Nimeño II " du meilleur matador, attribué pour la première fois, était remis à Domingo Lopez Chaves.

 

Reportage photographique : "El Tico" photos

RETOUR

 

occterra