bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Rodilhan (24 octobre 2009)

5 becerros de Olivier Fernay et Olivier Riboulet 5

pour

Marc Antoine Romero

Patrick Oliver

Vicent Cardo

Mateo Julian

Alejandro Rubio

 

oliver

Photos : Pierre Charrain

C'est une après-midi presque estivale qui s'est déroulée ce samedi à Rodilhan, organisée par le club taurin "Toros Y Caridad" regroupant les vainqueurs du trophée Graines de Torero. Les exemplaires issus de deux ganaderias différentes offrirent des jeux variés avec une mention spéciale pour le deuxième exemplaire de Virgen Maria primé d'une vuelta posthume. Un fervent hommage fut rendu à Patrick Oliver après le paseo et un souvenir lui fut remis par Mme Brigitte Dubois, présidente de l'école taurine de Nîmes et Mme Pellissier, présidente du club taurin.

Marc Antoine Romero resta très propre et professionnel muleta en main, recevant son becerro de Riboulet de peu de charge. Néanmoins il parvint à améliorer le tout en tentant de le faire charger de loin pour profiter de cet élan pour allonger les passes. Une demie lame efficace. Salut.

Patrick Oliver reçut son Fernay par deux véroniques d'une grandeur et d'une stature enchanteuses avant de faire piquer une seule fois ce bon becerro à la mobilité débordante. Cette qualité ne facilite pourtant pas les choses lorsqu'elle devient gênante.

Patrick s'accorda donc à tous ces facteurs en baissant fortement le leurre, tout en laissant entrevoir quelques délices de sa tauromachie pure et sincère. C'est à gauche, là où on l'attendait le moins qu'il nous régala de quelques naturelles infiniment lentes et profondes. Ce bon becerro ainsi dominé se laissa finalement plus désirer. Une atravesada, une demie lame. Une oreille.

Vincent Cardo lui aussi hérita d'un Fernay et connut un début difficile à la cape face à cet exemplaire plus fougueux encore que l'autre mais qui poussa fort et bien sous le fer à deux reprises. Dans la muleta il révéla le meilleur exemplaire de l'après midi, franc dans le leurre, toujours au galop et terminant les passes loin derrière. Vincent prut propre et préparé devant, exploitant à fond les qualités de becerro mais sans baisser suffisamment les mains. Un pinchazo, une entière, une oreille et vuelta posthume au becerro.

oliver

Mateo Julian : Son adversaire de Riboulet s'avéra plus indécis à la cape comme à la muleta. Cette attitude déstabilisante n'entacha en rien la volonté d'un Mathieu sur de lui et impassible qui parvint tout de même à laisser quelques excellents details. Une atravesada et une trois quart de lame efficace. Vuelta.

Alejandro Rubio peina à s'accorder avec un exemplaire de Riboulet compliqué. Malgré un labeur volontaire et consciencieux, la faena ne put pas atteindre le degré d'émotion souhaité. Il tua néanmoins d'une formidable entière et coupa une oreille.

Marie Barcelo

 

 

 

RETOUR

 

occterra