bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Rodilhan (25 octobre 2009)

Festival taurin avec les ganaderias : (dans leur ordre de sortie)

Fernay, Olivier Riboulet, Blohorn, Gallon et Zalduendo

pour

Morenito de Nîmes

Julien Lescarret

Julien Miletto

Jonathan Veyrunes

Mathieu Guillon

 

lescarret

Photos : Anthony Pagano

Morenito de Nîmes hérita du Fernay qui chargea avec allant dans la cape puis poussa longuement sous le fer lors de deux rencontres. Dans la muleta celui-ci montra quelques qualités de franchise et de recorrido, à droite surtout. A gauche cependant le comportement ne fut pas le même, moins doux et plus incertain. Morenito favorisa donc l'autre corne et se relacha au fil du temps et signant quelques pechos au ralenti communicatifs. Une entière. Une oreille.
 
Julien Lescarret servit un jeu de cape à couper le souffle à son exemplaire de Riboulet. Ce dernier prit un seule pique en poussant fort et longuement. Malgré un certain danger Julien s'attacha à toujours bien avancer sa muleta devant et calculant chaque paramètre avec une précision implacable, il fit ressurgir ce qu'il y avait de bon en ce novillo et dessina quelques naturelles extraordinaires. A droite il parvint même à procurer à son adversaire quelques précieux centimètres supplémentaires sur les fins de passes. Une entière. Deux oreilles.

Julien Miletto : Son Blohorn fit un entrée fracassante en piste, chargeant sur tout et à toute allure. Julien ne le piqua pourtant qu'une fois et il vu juste puisque celui-ci montra quelques signes de faiblesse. Julien prit note et redoubla de douceur à la muleta en s'efforçant de faire durer les passes, la muleta toujours idéalement placée. La fin de faena fut plus laborieuse. A cause d'un cambio raté le novillo changea subitement de comportement et alimenta le danger. Trois volteretas plus tard, Miletto toujours aussi valeureux le tua d'une entière plate et d'un coup de descabello. Une oreille.  
 
Jonathan Veyrunes hérita d'un joli Gallon. Après une pique ce dernier révéla une grande noblesse dans le leurre mais pêcha par la faiblesse. Son torero fut technique avec, parvenant même à se l'enrouler pour un effet esthétique assuré. C'est à gauche qu'il laissa les meilleures impressions, parsemant le tout de quelques trincheras et fioritures délicates. Trois pinchazos, une entière. Une oreille.
 
Mathieu Guillon réalisa une excellente réception de cape par véroniques personnalisées et ressenties à ce mobile Zalduendo. Mais le tout se gata dès le tercio de piques puisque ce dernier eut vite tendance à se réfugier aux planches. Le landais partagea ensuite les banderilles avec Morenito d'Arles et David Romero. En début de faena il déboucha le flacon pour aller classer chaque détail dans la gamme artiste. Pourtant pas aidé par ce novillo fuyard, il profita pourtant de chaque opportunité pour se relâcher et toréer avec une vraie profondeur. Au final il trouva malgré tout le moyen de renverser la vapeur et mettre le public dans sa poche. Deux pinchazos, une entière, une oreille.

Marie Barcelo

Reportage Photographique : Anthony Pagano photos

 

 

 

RETOUR

 

occterra