bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Un samedi aux Saintes...

 

saintes

Photo : El Tico

Après l'édition 2008, que la météo avait contraint à un repli dans les terres, le traditionnel acoso y deribo des Saintes-Maries de la Mer avait retrouvé cette année sa plage. Les vaches ne se sont pas toujours montré très collaboratrices, notamment pour les cavaliers, mais les nombreux spectateurs qui se pressaient derrière les barrières ont pu toutefois apprécier la Maestria d' "El Juli", tant à cheval qu'à pied et le toucher de "Juan Bautista" ; Matias Tejela et Davila Miura.

Mais la nouveauté cette année était le Festival Taurin donné aux arènes dans l'après-midi. Une bien belle affiche en vérité et un soleil qui jouait à cache cache derrière quelques nuages d'altitude, il n'en fallait pas plus pour remplir les arènes.

Côté bétail, à noter le jeu plus qu'intéressant des novillos de "Palla", dont un exemplaire, sorti en troisième position pour "El Juli" s'est vu honoré d'une vuelta posthume.

Le rejoneador Jose Luis Canaveral se voyait proposer un novillo de "Laget" bon, mais manquant de force auquel il coupa une oreille au terme d'une prestation très classique. (Oreille)

Davila Miura toréa avec goût et au rythme de son pasodoble un bon "Palla" qui manquait d'un poil de force, mais auquel il coupa les deux oreilles après l'avoir couché d'une belle entière. (Deux Oreilles)

"El Juli" trouva rapidement le sitio, comme à son habitude, face à un nouveau très bon novillo, qui sembla malgré tout baisser de ton en fin de faena. L'estocade résonna comme un coup de canon et déclencha une énorme pétition sur les étagères, le madrilène récoltant les trophées maximum et le novillo effectuant la vuelta al ruedo. (Deux Oreilles et Queue)

Après avoir partagé les banderilles avec "El Juli" et Matias Tejela, "Juan Bautista" servit une faena douce et inspirée à un novillo qui avait rapidement donné des signes de faiblesse. L'arlésien lui trouva le rythme et en prit grand soin, tant et si bien que la caste prit le dessus et que la faena alla a mas. Estoqué a recibir, le bicho céda fort justement ses deux oreilles et sa queue. (Deux oreilles et Queue)

Le novillo que le sorteo avait réservé à Matias Tejela sortit avec plus de moteur que ses frères de camada, et livra un beau combat sous le fer. Par la suite, le madrilène se montra moins a gusto que ses compañeros, ce qui ne l'empêcha pas de couper deux oreilles après une belle estocade. (Deux Oreilles)

Thomas Joubert attendit genoux en terre son novillo de "Blohorn" qui se révéla le plus compliqué de l'encierro. Néanmoins, l'arlésien connut de belles séries, notamment à gauche, et aurait pu bénéficier de trophées plus important s'il n'avait pêché aux aciers. (Oreille).

Laurent Deloye "El Tico"

Reportage Photographique : El Tico photos

 

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra