bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

jacques lanfranchi
TRANSATLANTIQUE

mexique

Aucune inquiétude je ne veux pas faire concurrence à « Voile et Voiliers » ou au mensuel « Course au Large », je ne vous narrerai point les exploits de Michel Desjoyaux ou Ellen Mac Arthur.

Cette transat est celle effectuée par le CT PAUL RICARD d’ARLES cher à José Caparros et Evelyne Lanfranchi Monleau, qui a abordé les rivages mexicains le 31 janvier dernier avec un quadrille de plus de 35 membres.

Sous la houlette de l’Association Mexico, Aztecas y Toros et l’équipe de Jean François Nevière le voyage avait été concocté sous des auspices taurins marqués.

Deux corridas à la monumental de Mexico (52000 places !) où le baroque : les charros (sorte de gauchos) remplacent les alguazils ; côtoient le kitch : un garçon de piste de l’intérieur du callejon fait une larga avec un capote pour amener le toro au maestro.

Visite du musée taurin où la pléthore des objets exposés est limitée par la surface des lieux.

Journée au campo avec tienta chez Tenexac (origine Piedras negras, encaste Saltillo)

Les vaches à 3000 m d’altitude ont de sacrées pattes et pour les toréer, il faut avoir de solides jarrets. La ganadera Paz Virginia Yano Breton et son associé José Alberto Vazquez, chirurgien de son état furent très surpris et étonnés d’apprendre que Piedras Rojas pouvait être le nom d‘une ganaderia française.

Joselito Adame, président d’honneur de l’association passa une soirée avec nous à Queretaro, à la mission Juriquilla , après sa confirmation d’alternative à Mexico avec comme parrain Enrique Ponce qui, ce jour là, coupa un rabo.

Je lui ai rappelé un bon souvenir en terre française, son premier toro tué dans l’hexagone fut dans la placita cravenque des frères Granier, le fer cher à mon cœur étant Piedras Rojas pour l’anniversaire de Margaux, la fille ainée de Thérèse et Patrick Laugier.

mexique
mexique

L’occasion me fut offerte en tant qu’ambassadeur de l’élevage de lui remettre un tee shirt frappé du fer et de la devise, son apoderado ainsi que Fernando Cepeda (matador de toros apoderado de Miguel Angel Perera) profitèrent eux aussi de l’aubaine avec enthousiasme et bonne humeur.

Cet évènement fut relayé par la presse mexicaine locale.

Belle promotion pour l’élevage français dans un pays 4 fois supérieur à la France, voire une première ?

Un peu comme le ruban bleu synonyme de victoire des paquebots transatlantiques de l’époque.

Jacques Lanfranchi

Mars 2009

 

 

RETOUR

 

occterra