bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO
Féria du Rhôny à Vergèze

Dimanche 29 Mars 2009

5 novillos de François André 5

pour

Tomas (Nîmes)

Francisco Damas (Valencia)

Dorian Dejean (Béziers)

 

Après une longue et laborieuse remise en état de la piste après la pluie et le formidable travail des areneros de la "Fiesta Brava" et des employés municipaux de Vergèze, le soleil réapparut au premier son de trompette pour :

Tomas sut prendre le sitio nécessaire à la cape face à un becerro qui répétait avec noblesse mais sans humilier. Muleta en main il tenta de lier grâce à une technique qui s'avéra finalement peut efficace: ne pas baisser la main pour éviter les protestations et prendre plusieurs pas de sitio. A gauche il parvint à esquisser de jolis gestes, trouvant à l'occasion quelques brefs moments pour se relâcher. Cependant les charges du becerro ne cessèrent de s'écourter, compliquant ainsi la tâche de notre novillero volontaire. Une demi-lame efficace, salut aux tiers.

Francisco Damas lidia surtout son adversaire à la cape sans se poser, hormis sur une demie-véronique finale, avant de se faire surprendre puis attraper légèrement. Son adversaire, lui, se déplaçait bien, avec beaucoup de moteur. Le valencien prit ensuite les palos pour banderiller lui-même de manière correcte. Muleta en main il démontra un certain métier bien qu'il n'avança jamais la muleta. C'est à droite qu'il parut le plus à l'aise, profitant d'une charge allongée et d'un bon fond de noblesse. En effet cet exemplaire très brave chargea sans arrêts au moindre toque avec beaucoup de générosité. Dommage que le novillero ne s'en aperçut que sur la fin, tentant d'exploiter ces qualités. Fin de faena par manoletinas correctes et deux épées basses.

Dorian Dejean fut volontaire à la cape bien que manquant quelque peu de métier. Tomas répondit par un quite par lopezinas osé et proprement exécuté. Dorian brinda son becerro à Camille Martinion, dévoué membre du club taurin de Vergèze et de l'école taurine nîmoise. A la muleta ce novillo s'avéra très bon, avec une douceur extrême, bien qu'il eut tendance à trop de rapprocher des planches. Dorian s'attacha à le faire charger de loin, et chercha sans arrêt à faire les choses bien. Fixe, obéissant, ce novillo ne vit que la muleta malgré les déplacements incertains de son torero qui le tua fort bien d'une entière efficace, coupant ainsi une oreille.

Tomas reçut son second par véroniques pieds joints épatantes, auxquelles Francisco Damas répondit par gaoneras. Ce n'est qu'à la muleta que le véritable comportement du becerro fut révélé, court et protestataire mais succombant au métier et à la poigne de fer de notre Nîmois. A gauche, la corne la plus compliquée, Tomas s'imposa mais ce fut à droite qu'il marqua vraiment son envie, dirigeant les choses selon ses volontés et son inspiration, faisant même oublier par moments les élans défensifs du cornu. Il concrétisa enfin ces efforts par une dernière série par statuaires, parfaite, avant de le tuer d'une atravesada vite retirée puis d'une entière en place donc efficace. Une oreille.

Francisco Damas reçut son second becerro par une larga afarolada avant de le banderiller sans grande réussite. Il brinda son novillo au public puis canalisa dans son leurre une charge noble et enjouée, bien que ne pardonnant aucune erreur. D'ailleurs il lui manqua de se recroiser à droite et se fit donc bousculer. A gauche le becerro fut supérieur et F.Damas sut se poser sur une série, oubliant de laisser la muleta morte à la fin du muletazo de manière à embarquer idéalement la bête pour le muletazo suivant. Une entière tendida puis une autre, salut aux tiers.

Le trophée Yves Lacombe fut finalement remis à Tomas.

Marie Barcelo

Reportage photographique : "El Tico" photos

 

 

RETOUR

 

occterra