bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Festival de Vauvert

vauvert

7 novillos de "El Torreon" (Cesar Rincon)

pour

Victor Mendes

Guerrita Chico

Cesar Jimenez

Julien Lescarret

Julien Miletto

Mehdi Savalli

Antonio Joao Ferreira

Ce samedi s'est déroulé le festival de Vauvert dont la grande attente était la découverte des novillos du maestro César Rincon d'origines Torrestrella, Algarra et J.P. Domecq. Ces derniers ne satisfirent pas totalement le public venu en masse malgré deux exemplaires plus intéressants. A noter les faenas de Julien Lescarret et Antonio Joao Ferreira, le premier faisant preuve d'une tauromachie empreinte de classe et très réfléchie, convaincant le public de manière unanime et coupant deux oreilles. Mêmes trophées pour le portugais Ferreira qui afficha de grands progrès et l'acquisition d'une vraie profondeur. Victor Mendez fut moins chanceux et salua simplement, tout comme le mexicain Guerrita Chico et Mehdi Savalli. Quant à Julien Miletto il coupa une oreille à base de douceur, tout comme César Jimenez.

Victor Mendez débuta à la cape avec une aisance frappante et joua comme à son habitude le jeu des chicuelinas marchées pour mener son novillo aux cheval à deux reprises. Il partagea ensuite les banderilles aux couleurs de la France avec Antonio Joao Ferreira avant de commencer par remettre son novillo sur le droit chemin en le parant très par le bas à la muleta. Ce qui ne fut pas chose facile sur le côté droit face aux complications du novillo pourtant obéissant. Victor y répondit par une tauromachie basée sur le respect et l'obligation, avec même pour finir quelques molinetes personnalisés rafraichissants. Un pinchazo, une trois-quart de lame et descabello. Salut.

Guerrita Chico reçut son grand exemplaire à la cape avec difficultés étant donné le comportement arrêté de celui-ci. Et ses deux piques sans s'employer complètement ne firent qu'amplifier cette attitude à la muleta, regardant énormément le torero. A gauche, toujours bien placé et usant d'un toque ferme et puissant, Guerrita Chico ne douta à aucun moment devant un tel danger mais n'eut aucune autre option que de servir des séries hachées, passes par passes, au détriment de l'émotion recherchée au départ. Trois-quart de lame, salut au centre.

Cesar Jimenez resta fidèle à la classe qui le caractérise, toujours doux et technique. Muleta en main, au fil des planches, il ne bougea pas d'un pouce et attendit les charges répétées de son adversaire, impassible. Pas tellement coopératif à droite, ce novillo révéla ensuite une vraie noblesse dans la main gauche du torero qui s'étira avec cadence et bon goût. A force de réflexes et d'apprentissage, Cesar servit sur la fin une vibrante série droitière, parfaite du début à la fin, empreinte d'un ligazon et d'un tempo communicatifs. Une formidable entière et descabello, comme quoi certaines choses ne s'expliquent pas. Une oreille

Julien Lescarret lidia surtout son novillo avant de le mener pour une première pique lors de laquelle il poussa bravement. Jugeant ses forces juste suffisantes pour la faena de muleta, Lescarret demanda la changement de tercio. Il brinda sa faena à Cesar Rincon. A droite et la muleta toujours bien devant, il profita des grandes qualités de son novillo, ce dernier se déplaçant avec une certaine classe et possédant un fond de noblesse certain. Posé et déterminé, Julien prit rapidement possession de la piste et de son combat. Tauromachie classique, gestes épurés, allures profondes et le tout en musique, Julien ne cessa pas d'amplifier cet accord, pour finir par faire rompre ce désormais allié du côté gauche. Il termina par deux immenses redondos et une série "para el gusto" selon ses propres mots, par le bas et délicieuse. Une belle entière, deux oreilles.

Julien Miletto fut extrêmement doux et élégant à la cape, peaufinant son labeur par une demie véronique au ralenti faisant chavirer les cœurs. Après une première pique intéressante Julien servit un quite par gaoneras tout aussi suave, aidé par la douceur de son novillo très affaibli. Changement de tercio donc, et Julien prit alors son temps. Quelque peu gêné par le vent il dut d'abord résoudre un premier problème: réussir à garder son adversaire sur pattes. Il débuta passe par passe et à sa hauteur pour ne pas l'obliger. A gauche il fut limpide, armé d'un temple parfait et réussissant peu à peu à baisser la main. Malheureusement ce novillo pourtant dépourvu de mauvaises intentions fut ralenti par sa faiblesse, laissant ainsi à Julien le soin de peaufiner les détails et tisser un toile de délicatesse, ce qu'il fit avec brio, et tuant bien par dessus le marché! Il coupa donc une grosse oreille.

Mehdi Savalli fut déterminé à la cape, dessinant une demie véronique puis un revoleras empreintes d'une classe révélatrices d'une confiance croissante chez ce torero. Et c'est tant mieux! Après une pique Mehdi laissa au départ beaucoup d'air à ce dangereux novillo qui n'obéissait qu'une fois sur deux et imprévisible. Mais ces difficultés ne firent qu'alimenter la motivation du torero qui finit par le faire plier dans le vuelo de sa muleta. Il garda toujours cette dernière très près du sol et sous le museau, ne laissant ainsi aucune option à ce novillo finalement éteint. Mehdi joua donc sa dernière carte, celle du courage froid, et terminant par deux statuaires très serrés époustouflants. Une pinchazo, un pinchazo profond et une entière. Salut

 Antonio Joao Ferreira banderilla fort bien puis brinda son novillo au public avant de débuter par deux cambios dangereux. A droite il dégagea une vraie toreria, allongeant les passes et se replaçant sur un seul pas, le tout dans une profondeur plaisante. A gauche il s'installa bien sur les reins pour ne plus quitter cette posture, toujours très lent et appliqué, soignant la finition de chaque passe. Il abrégea son travail par quatre manoletinas réalisées sans artifices mais dans une extrême sincérité. Une demie lame foudroyante, deux oreilles.

Marie Barcelo

 

Reportage photographique : Patrick Colleoni photos

La video chez nos amis de Feria.tv

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra