bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Vauvert

Samedi 13 juin 2009

6 novillos de Lopez Chaves 6

pour

Jesus Lopez

Roman Perez

Tomasito

Archives El Tico

Entrée : Demi-arène

Temps : Ensoleillé

Intéressante novillada marquée par le triomphe des deux arlésiens et relevée par un bon lot de novillos.

Jesus Lopez (Lys de vin et or) reussit à rapidement intéresser son adversaire noble dans le leurre, le menant rapidement au centre bien que tout cela manqua de quiétude. La première pique ayant déjà eu un effet très réducteur, la seconde fut donc très brève. Roman Perez intervint ensuite sur un quite par delentales propre et bien senti. A la muleta et par doblones il tenta d'appliquer son empreinte et son mando, profitant d'une grande noblesse pour gagner peu à peu en ampleur. Il lia les passes avec engouement grâce à la mobilité de son novillo pourtant déjà dans les planches. Lorsqu'il prit la main gauche la répercution ne fut pas la même puisque ayant épuisé les ardeurs de son adversaire. Une entière efficace. Salut.

Même souci bien que le tout resta très volontaire. La première pique fut mouvementée et la deuxième plus légère, après quoi Romain intervint par chicuelinas. Muleta en main il débuta accoudé aux planches, cette fois ci de manière assez spectaculaire. Son novillo excellent et très répétitif sembla cependant le mettre parfois mal à l'aise. A gauche il ralentit la cadence, cherchant une émotion perdue par molinetes. Une entière. Applaudissements.

Roman Perez (Vert et or) envola le public grâce aux charges répétées de son novillo, le canalisant par véroniques basses rectifiantes. Deux piques légères poussant par a coups suivies d'un excellent quite de Tomasito par chicuelinas enchainées par tafalleras. Muleta en main Romain opta pour l'art et la douceur, choix favorisé par un novillo affichant de très bonnes intentions et chargeant de loin, le muffle collé au sol et suave. Afin de garder ces qualités le plus longtemps possible Romain chercha au départ la distance, bien que cela ne dura qu'un temps. A droite, et sur une série notamment, il parvint à s'assoir exagérément sur les reins, dégageant ainsi une impression de relâchement inouïe. Il termina de très près, la volonté de son novillo animant ainsi la foule. Un pinchazo puis une demie-lame longue d'effet.

Sûrement peiné d'être passé si près des trophées à son précédent, il joua la carte de l'alegria à la cape, enchainant les chicuelinas. Lors de la première pique le novillo poussa longuement mais pas si franchement. Ce novillo moins bien proportionné physiquement car trop haut, se révéla aussi moins coopératif. Peu à peu et par derechazos il l'incita à charger dans une douceur captivante et quelques détails par le bas réveillant un public conquis. Il organisa au fil des séries une démonstration de son répertoire, sollicitant toujours plus les gens, décidé à couper cette fois ci les oreilles. Ce qu'il fit grâce à une entière efficace. Deux oreilles.

Tomasito (Bleu roi et or) Marqua d'entrée sa détermination par deux largas de rodillas et quelques véroniques de bonne facture. Puis il servit un délicieux quite par gaoneras d'une pureté réellement transparente. Il resta d'ailleurs dans le même ton à la muleta, dégageant une classe certaine. Son novillo non plus ne fut pas mauvais bien que parfois plus protestataire et moins transmittif dans le leurre. Thomas prit de suite ce facteur en compte et ne se laissa jamais engancher, animant les débats par un toque ferme et un replacement calculé, parvenant ainsi à servir trois derechazos d'une profondeur vibrante. Terminant de très près, il investit finalement le terrain du novillo pour y dévoiler sa tauromachie authentique et statique. Une entière, une oreille.

Il reçut son second par delentales d'une statique séduisante, les mains basses en prime. Après une unique pique en poussant de manière continue, il réalisa un quite par lopezinas puis deux cambios allongés, dans le souci de préserver ce bon novillo. Très appliqué sur la durée de chaque passe, la coordination de son poignée et de l'intérêt du novillo mena peu à peu vers une faena très complète. Thomas opta lui aussi pour un rapprochement final spectaculaire. Après avoir pinché il changea intelligemment son novillo de sens pour le tuer por dentro, ce qui lui réussit: une entière à l'effet lent et deux oreilles.

Marie Barcelo

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra