bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Tarascon

Dimanche 28 juin 2009

Novillos de ganaderias françaises

pour

"Tomasito"

Juan Del Alamo

en Mano a Mano

 

tarascon

Photo :Jies

Intéressante novillada pour les vingt ans des novilladas de Tarascon, marquée par la vuelta al ruedo d'un bon novillo de Las Dos Hermanas qui sont en fait les filles de Patrick Laugier, heureuses et jeunes ganaderas. Tomasito continue sur sa lancée chargée de promesse alors que Juan del Alamo donna à tous une leçon de courage tout simplement formidable.

Le premier de Yonnet fut reçu à la cape par un Tomasito affichant une volonté de fer et liant quelques véroniques parfaitement ajustées. Très en forme et très centré sur son labeur, il plaça d'abord son novillo à une bonne distance. Ce dernier alla déloger le picador Marc Allien. Thomas enchaîna par un quite par gaoneras tout en douceur et clarté, sans jamais se faire accrocher et imposant son rythme. Lors de la deuxième pique démarrée d'encore plus loin, le novillo marqua cette fois ci une longue hésitation avant de charger en poussant bien dans le peto. C'est plutôt par le haut et sans trop contraindre son adversaire que Tomasito débuta à la muleta, profitant au départ d'un adversaire plutôt coopératif et obéissant jusqu'au bout de la passe. L'arlésien dévoila au son des cigales une tauromachie mettant tout le monde d'accord puisque respectant les principales règles du toreo: muleta infiniment projetée en avant pour le toque, milieu de passe profond au possible et terminaison relâchée sur une note artistique. Un pinchazo, une entière, une oreille.

Son second, le Gallon fut aussi intéressant dans le cheval, chargeant d'une distance modérée mais poussant pas mal. Après avoir brindé à son meilleur ami, "Estocado", c'est le nom de son novillo, fut bon bien que demandant du métier et s'engouffra sans complexes dans le leurre d'un novillero cultivant la profondeur jusqu'à vous donner des frissons. Cet exemplaire se déplaça bien dans le leurre, obéissant à chaque toque mais ne devant absolument pas toucher le muleta sous peine de laisser présager une pointe de violence. L'attaquant plus à droite et le menant en ligne droite, Tomasito se résolu finalement à un rythme cadencé par quelques recroisements nécessaires, toujours dans une attitude classique appréciée. Une demie lame et un coup de descabello.

Il accueillit son impressionnant Tardieu par une puerta gayola réussie. Ce dernier prit une première pique rapide, 2eme sans conviction, 3eme en poussant plus mais sortant seul et arriva pourtant frais comme un gardon dans la muleta. Demandant une grande expérience et un moral à tout épreuve, il avertit Thomas à plusieurs reprises. Celui-ci ne se démonta pas et finit par lui baisser la main, enlevant enfin un peu de moral à cet insatiable adversaire. Il finit aussi par trouver une astucieuse solution pour éviter ces hésitations répétées, le faire charger de plus loin pour que, emporté par son élan, il ne mesure pas le torero comme il le faisait tellement de près. Un pinchazo, une entière, un oreille.

Juan del Alamo hérita du François André. Il débuta très engagé à la cape, aidé d'un novillo très mobile et prompt au toque. Il prit d'ailleurs une pique en s'employant bien dans le cheval. A la muleta le salmantin débuta sans trop aider son novillo qui en avait pourtant besoin. Il fut donc plus suave par la suite sous les conseils de ses banderilleros, et put donc dévoiler les tendances de ce novillo sans vices mais quelque peu arrêté par la faiblesse. A force d'obstination il réussit à lui puiser tout son fond caché. Il lui extirpa même une série de manoletinas rafraichissantes.

Reçut avec plus de douceur son Jalabert, ce dernier plutôt hésitant, allant trois fois au cheval sans conviction. Il attrapa d'ailleurs violemment son torero à gauche. Couroucé, Juan del Alamo revint à droite pour "péguer un arrimon" considérable, stoïque même quand le novillo s'arrêtait à sa hauteur. Il le fit rompre au fil des minutes, ayant totalement pris le dessus. Une formidable entière foudroyante et une oreille pour le courage.

C'est donc avec l'exemplaire de La dos Hermanas que l'alchimie se produisit. Après une impressionnante puerta gayola lors de laquelle le novillo sauta carrément au dessus du torero, ce dernier s'attacha à beaucoup lui baisser les mains à la cape pour ralentir une telle fougue. Après un pique lors de laquelle il poussa pas mal, il servit un époustouflant début de faena, de dos au novillo, sans même le regarder et le faisant passer on ne peut plus près. Il opta ensuite pour la douceur face à ce novillo de bon fond mais demandant du temps, ce que Juan del Alamo lui offrit. Ce répit accordé, cet adversaire se réveilla dans la muleta, allant à mas au fil des séries, surtout à gauche où il dévoila une grande noblesse, humiliant beaucoup et suivant jusqu'au bout un leurre mené avec un vrai temple. Se laissant submerger par le plaisir, il exploita à fond les grandes possibilités du novillo jusqu'à lui offrir une vuelta posthume méritée et couper deux oreilles.

Marie Barcelo

Reportage Photographique : Jies Arles photos

 

 

RETOUR

 

occterra