bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Mauguio

Dimanche 14 Juin

6 toros de Aimé Gallon 6

pour

Marc Serrano

Mehdi Savalli

Antonio Joao Ferreira

 

 

Corrida protagonisée par trois toreros prêts à tout pour triompher, mais malheureusement, si cette jolie corrida possédait toutes les qualités requises à ce dessein, un problème récurent de perte de sabot vint gâcher l'après-midi. La faute n'est bien sur pas à reprocher aux ganaderos, les frères Gallon, qui ont, comme beaucoup d'éleveurs, subi un hiver particulièrement rude et humide, obligeant les toros à rester dans l'eau et la boue pour de longues périodes. Soucieux de remédier à ce problème les ganaderos de Mas Thibert vont faire analiser les sabots en question afin de trouver la cause réelle.

Marc Serrano ( blanc et or) reçut son premier avec précision à la cape, ajoutant sur la revolera une note personnelle appréciée. Affichant déjà une grande douceur et une force restreinte, il fut très légèrement piqué lors d'une unique rencontre. Il brinda au public puis profita des formidables intentions de ce toro noble et à la charge généreuse pour alimenter les séries avec largeur et importance. Prenant le temps de la douceur il baissa peu à peu les mains pour révéler dans le leurre un excellent allié rassemblant toutes les qualités. Cet entrain permit d'ailleurs au torero de se laisser aller dans l'euphorie de quelques redondos et statuaires. Une entière, une oreille.

Fut très entregué par véroniques à la réception de son second, soignant chaque geste pour les rendre de bonne facture. Une pique puis un brindis à Robert Margé. Ce toro-ci donna un peu plus de fil à retordre à Marc qui, après avoir trouvé le placement idéal (puisque ce facteur fut le plus important concernant ce toro), parvint à dessiner quelques naturelles plus apaisées. Il fallut ensuite improviser des toques près du corps pour palier à une charge raccourcie. Une mete y saca, un pinchazo et une demie-lame.

Mehdi Savalli (rose et or rématé de noir) chercha l'entrega dès la sortie de son exemplaire à genoux par quatre fois, puis le mena une fois au cheval pour une légère rencontre. Il réalisa ensuite un risqué mais réussi quite par gaoneras avant de partager les palos avec Antonio Joao Ferreira. Au sortir du tercio de banderilles le toro perdit un sabot. Dommage car celui-ci possédait un meilleur fond encore que le précédent. Le toro gêné par cet incident, Mehdi tenta de lui offrir la douceur et une muleta toujours plus avancée. Il parvint tout de même à se relâcher sur certains muletazos extraordinaires puis termina par deux redondos euphorisants. Une entière efficace. Grosse pétition d'oreille refusée!!

Il retrouva cette merveilleuse alchimie réveillée en Arles, dessinant quelques véroniques intemporelles. Après une pique ce toro marqua quelques légères hésitations dans le toque, les même qui motivèrent encore plus Mehdi. D'ailleurs à la muleta il s'accouda aux planches et attendit les charges resserrées impassible, débordant de courage. Une trois quart de lame efficace. Ovation.

Décidément la pareja Denis Loré/ Mehdi Savalli semble vraiment fonctionner. Souhaitons leur que ça dure.

Antonio Joao Ferreira fut étonnant d'aguante et de courage à la cape, s'installant tranquillement sur la ceinture bien avant l'arrivée du toro dans le leurre, signe d'une réelle confiance en soi. Après une pique il rendit l'invitation à Mehdi aux banderilles puis rencontra le même problème de sabots. Ce toro-ci demanda donc plus de sollicitations dans la muleta et un toque plus ferme. Condition nécessaire à laquelle Antonio se plia avec talent, cultivant la pureté jusqu'à la bousculade. Au son des sévillanes avoisinantes et des talons qui claquent, Antonio lui dût réviser la composition de son ballet, n'ayant plus d'autre option que de se placer dans les cornes et, dans un dernier élan réaliser une série de manoletinas si sérrées que les broderies de son costume en frissonèrent. Une entière très habile et même pas une ovation!

Il afficha les mêmes qualités à la cape face à son second relevant le tout d'une larga de rodillas. Malheureusement ce souci de sabots se répéta, rendant finalement ce toro quasiment invalide. Il abrégea les débats en le pinchant, le toro ne l'aidant plus du tout.

Marie Barcelo

Reportage Photographique : Daniel Chicot

 

 

RETOUR

 

occterra