bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Feria de Chateaurenard

19 juillet 2009

6 "Los Bayonnes" 6

pour

Antonio Ferrera

Marc Serrano

Sanchez Vara

Temps : Beau temps chaud, bonjour les cigales...

Entrée : 7/10ème arène

sanchez vara

Photo : Daniel Chicot

Les organisateurs de la "Peña Joselito" avaient eu beaucoup de courage de reprogrammer cette année le même cartel de la saison passée. En effet, s'il paraissait logique de reconduire les triomphateurs, l'attente créée après la fameuse tarde 2008 risquait fort de tourner à la déception, voire la désillusion. Au bout d'une course longue de trois heures, il n'en fut rien et les vaillants impresas n'auront rien à se reprocher.

Côtés toros, en effet, cinq des six "Los Bayonnes" avaient des qualités, qui n'ont pas toujours été très bien exploitées. S'ils n'ont rencontré qu'à neuf reprises les groupes équestres armés par la Cavalerie Heyral, c'est en grande partie à cause de mono-piques dévastatrices (1er ; 2ème ; 4ème). Le plus complet a été le dernier, justement primé d'une vuelta al ruedo.

Antonio Ferrera (Emeraude et or) : Fit dûrement châtier son premier, qui de plus avait perdu des forces en tentant de dégager sa tête d'un burladero où il s'était coincé. Technique et sonore (...) il torea avec douceur un adversaire noble, distillant au passage quelques beaux muletazos, mais sans grande transmission. Il le coucha d'une entière un poil tombée. Bis-repetita avec le 4ème, qui reçut lui aussi, en une seule prise, une belle ration de fer. Ayant toutefois gardé un peu plus de mobilité, ce toro se révéla plutôt bon dans la muleta de l'extremeño. Mais c'est celui-ci qui se montra incapable de lier les séries en restant quieto, confirmant ainsi son passage à vide actuel. Il tenta bien de gagner les faveurs du public sur quelques passes d'ornement en fin de faena, mais perdit une bonne partie de son crédit épée en main. Applaudissements / Silence.

Marc Serrano (vieux rose et or) : Après s'être montré fuyard dans les capes et réservé aux banderilles, le deuxième "Los Bayonnes" arriva noble et mobile dans la muleta du Nîmois qui prit rapidement sa mesure, distillant quelques séries de belle facture. Ayant eu l'intelligence d'aller chercher l'épée voyant que le toro se décomposait, le français lui servit une série de manoletinas ultra-ajustées avant de connaître un échec et de coucher son adversaire d'une entière un peu basse. Le cinquième du jour rentra au pas dans le peto avant de s'arrimer joliment, au point de provoquer la chute du piquero de service, Olivier Riboulet. Ce dernier fut ensuite obligé d'aller le chercher dans sa querencia pour lui administrer une deuxième ration, jugée utile par son Maestro. Mais lorsqu'il demanda le changement, le Président le lui refusa et son toro fut conduit une nouvelle fois sous le fer, ce qui ne l'arrangea guère... Il se présenta donc arrêté et dangereux au troisième tiers, se couchant même à deux reprises au centre du ruedo, Marc Serrano ne pouvant que constater les dégâts avant de connaître un moment difficile à la mort. Vuelta / Silence

Sanchez Vara (chocolat au lait et or) : Après avoir semé la panique, cassant tout ce qui se présentait à lui dans le callejon, le troisième de l'envoi arriva encasté et intéressant dans la muleta du torero de Guadalajara... Mais celui-ci se montra moins enthousiaste et ne prit jamais réellement la mesure d'un adversaire qu'il estoqua en deux fois, d'une épée un peu plate mais concluante. En revanche, il ne laissa pas passer l'excellent sixième, auquel il servit des muletazos d'une longueur peu commune, retrouvant ainsi les bonnes manières qui le font autant apprécier dans ce genre de cartels de ce côté-ci des Pyrénées. Après l'avoir estoqué, cette fois-ci dans les normes, il recevait deux pavillons d'un toro justement récompensé d'une vuelta al ruedo. Oreille / Deux Oreilles.

Laurent Deloye "El Tico"

Reportage Photographique : "El Tico" photos

RETOUR

 

occterra