bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Féria de Pâques en Arles

Vendredi 10 avril 2009 / soir

6 Domingo Hernandez 6

pour

"Juan Bautista" / Sébastian Castella

Entrée : 9/10ème d'arène

Temps : Couvert ; légèrement venté.

10042009

Que pouvait-on rêver de mieux pour cette corrida d'ouverture de la Féria de Pâques 2009, qui était déjà l'un des moments forts de la temporada qui s'annonce ? Nos deux plus glorieux représentants, après avoir quasiment rempli l'amphithéatre arlésien, sont sortis en triomphe par la grande porte après avoir coupé trois oreilles de leurs opposants de Domingo Hernandez.

Ceux-ci se sont montrés légèrement en dessous de ce qu'on pouvait attendre d'eux, prenant douze piques, le premier du lot se montrant le plus brave sous le fer. Dans la muleta, ils ont globalement manqué de transmission, le premier et le dernier, primé d'une vuelta posthume, se révélant les meilleurs.

"Juan Bautista", vêtu de blanc, s'est montré très décidé et volontaire, tenant absolument à avoir le dernier mot au quite sur ses trois toros. Gêné par le vent en début de faena, il sut trouver rapidement sa place dans le ruedo et le sitio du toro pour construire une faena inspirée sur les deux pitons de son bon adversaire. Une estocade a recibir clôturait l'exercice et une prestation de très bon niveau.

Il recevait déjà deux oreilles et la certitude de ne pas repartir à pieds de ses arènes. Devant son deuxième adversaire, le plus lourd de la corrida, il fit preuve d'intelligence, lui laissant le temps de respirer car l'ayant vu rapidement donner des signes de lassitude. Après quelques très bons moments à gauche (c'est de ce côté que l'arlésien se montrera le meilleur en cette après-midi), une nouvelle belle estocade d'effet rapide lui permettait de décrocher un nouveau pavillon. Le cinquième de la course n'étant pas mauvais, mais il n'était pas bon... Aussi, après une faena honnête brindée à Sébastian Castella, mais qui n'atteint jamais des sommets en raison de la condition du toro, "Juan Bautista" concluait assez rapidement et s'en allait saluer au tiers, avec la satisfaction du devoir accompli.

"Sébastian Castella" : Son premier opposant fut le plus faible de l'envoi. Ayant effectué quelques génuflexions à la sortie de deux rencontres discrètes avec la cavalerie, il confirma cet handicap en début de faena et n'eut jamais les moyens physiques de ses ambitions, qui semblaient au demeurant très louables. Après une mort quelque peu laborieuse, le biterrois écoutait un silence. On crut que le mauvais sort s'acharnait sur lui lorsque sortit le quatrième de la course, qui partit par deux fois seul de trente mètres sur le groupe équestre, sans qu'aucun des toreros présents ne puisse le détourner de son objectif. Après avoir semé la panique dans les cuadrillas aux banderilles, le toro se présenta avec un comportement peu rassurant dans la muleta de Sébastian Castella. Beaucoup auraient douté à ce moment là... Lui s'assit sur l'estribo pour attendre son adversaire, qu'il reçut un genou en terre. Et ce qui devait arriver, arriva, le toro se rendit et permit à son matador de lui couper une oreille. Le dernier se révéla le meilleur de la tarde. Après une première bonne pique de Gabin et un beau quite du Sobresaliente "Morenito de Nîmes", la faena débuta par la fameuse cambiada "Castellesque", les pieds joints au milieu du ruedo, enflammant d'un seul coup des tendidos un peu refroidis par les deux Domingo Hernandez précédents. Le toro se prêta ensuite aux quatre volontés de son matador, avec le soupçon de piquant qui marque les grands toros et qui lui valut de faire le tour du cercle à pas lent attelé derrière les mules. Malgré deux avis, le biterrois coupait les deux oreilles de son adversaire et pouvait rejoindre son camarade sur les épaules des porteurs conventionnés.

La première manche se termine sur un score de parité... Vivement Béziers pour la revanche... Mais quoi qu'il en soit, quelques décennies après que l'un de nos sachants ait déclaré qu'il fallait avoir du sang espagnol pour bien toréer, nos deux fers de lance aux styles si différents écrivent les plus belles pages, à ce jour, de l'histoire de la tauromachie française. Que nos trois jeunes représentants au paseo de ce vendredi matin s'inspirent de l'exemple de leurs aînés, et la suite n'en sera que plus belle. Mais j'aurais bien aimé savoir ce qu'ils se sont dit, Jean-Baptiste et Sébastien, durant ces longues secondes avant le cinquième toro ....

Laurent Deloye "El Tico"

Reportage photographique : photo

La vidéo chez nos amis de feria.tv :

 

RETOUR

 

occterra