bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Feria de Béziers

14 août 2009

6 Robert Margé 6

pour

"Juan Bautista "

Sebastian Castella

en mano a mano / sobresaliente : Morenito de Nîmes

Entrée : Quasi plein

Temps : Canicule

Après la déception engendrée par la corrida évènementielle d'ouverture, nous étions nombreux à croiser les doigts pour que les toros du maître des lieux tiennent leur rôle de toros de combat, et que la revanche du mano a mano arlésien puisse avoir lieu. Depuis ce mois d'avril, beaucoup de chose ont changé : Sebastian Castella a repris son rythme de croisière, celui qui était le sien voici maintenant trois saisons, lorsqu'il avait survolé la temporada 2006. Pour "Juan Bautista", le triomphe arlésien est un lointain souvenir, et il n'a renoué avec le succès que récemment, seul contre six toros aux Saintes-Maries de la Mer, son jardin. Dans l'intervalle se sont succédés mauvais toros et échecs répétés aux aciers qui ont atteint le mental du Camarguais. Mais pas son aficion... Et son talent est intact.

Les toros des Monteilles, de présentation irréprochable et même supérieure, se sont présentés à sept reprises à la pique et se sont révélés plutôt faibles et manquant d'un poil de race. Néanmoins, la plupart ont donné du jeu et ils ont tous eu une présence constante en piste (à l'exception du sixième), bien loin des décafeïnés d'hier.

"Juan Bautista" a touché le plus mauvais lot. Son premier, sorti parado d'une unique rencontre avec la cavalerie contre laquelle il s'était employé, ne le laissa jamais se confier. L'arlésien dut se résoudre à l'estoquer mais il lui fallu plusieurs essais et notamment un certain nombre de descabellos, le toro s'étant "fermé". Le public le prit en grippe et se retourna carrément contre lui après un geste de dépit une fois le toro tombé. Mais comme cette enceinte est décidément bien peu prévisible, elle l'acclama chaleureusement avant la sortie de son second adversaire.

Et elle a bien fait, car "Juan Bautista" retrouva la confiance de façon tout à fait inattendue face à un toro armé haut, qui humiliait peu, mais auquel il servit une faena inspirée, avec des séries parfaitement relâchées. Cette belle prestation fut conclue d'une entière à mi-chemin du recibir et d'effet quasi immédiat, qui libérait les deux mouchoirs blancs en réponse aux deux concédés un quart d'heure avant à Sebastian Castella. Nous avions vu les muletazos les plus profonds de l'après-midi. Le cinquième du jour était bel et bien le plus mauvais. Compliqué et dangereux, il ne se laissa voler qu'une paire de séries, sans le laisser réfléchir. On frôla le pire lors de l'estocade, quand Jean-Baptiste rippa sur une banderille et manqua de s'encorner seul sur le piton droit. Mais plus de peur que de mal... Bronca après avis / Deux oreilles / Silence après avis

Sébastian Castella a opposé tout au long de la soirée, un calme olympien à des adversaires développant plus de violence que de réelle bravoure dans les leurres. Il domina rapidement son premier qu'il coucha d'une entière d'effet rapide. Il réédita une excellent prestation devant le quatrième, avant d'échouer, malheureusement, descabello en main. Enfin, décidé à triompher, il accueillit le dernier d'une larga de rodillas qui enflamma les gradins. Mais le toro arriva tardo dans sa muleta. Le biterrois arriva à le surprendre sur deux séries de circulaires droitières, mais l'ensemble n'atteint jamais les sommets malgré les efforts du local du jour. Après un pinchazo et une entière, il recevait une troisième oreille qui, pour la statistique, en faisait le vainqueur numérique de la tarde. Deux Oreilles / Salut après deux avis / Oreille

Les deux Maestros français sont sortis a hombros, en compagnie d'Olivier Margé, le mayoral de la ganaderia... française.

Laurent Deloye "El Tico"

Reportage photo : "El Tico" photos

 

RETOUR

 

occterra