bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Feria de Béziers

13 août 2009

6 Santiago Domecq 6

pour

Enrique Ponce

"El Juli"

Sebastian Castella

Entrée : No hay billetes

Temps : Canicule

Trois Maestros des sommets de l'escalafon, tous vêtus de bleu. Un "no hay billetes" affiché en matinée au dessus des taquillas. Un ciel limpide et une petite brise largement insuffisante pour soulager les tendidos "soleil", et les photographes installés dessous. Tous les ingrédients semblaient être réunis pour qu'on passe une bonne soirée et que le cru 2009 de la Feria de Beziers commence par un triomphe absolu. Mais il n'en a pas été ainsi, loin s'en faut...

La faute à un lot de Santiago Domecq Bohorquez (complété de deux Ana Maria Bohorquez) faible, mais surtout manquant cruellement de race. Superbement présentés, les toros andalous ont parfois fait illusion sous le fer, sur la première et ultime rencontre avec les groupes équestres de la cavalerie Bonijol, mais se sont révélés impropres à la consommation le reste de leur vie publique...

C'est d'autant plus dommage que les Maestros, eux, ils y étaient...

Ainsi Enrique Ponce qui, largement le plus mal loti au sorteo, a insisté encore et encore pour faire passer deux invalides avec le temple et la majesté qu'on lui connaît, sous les quolibets d'un public particulièrement désagréable en ce début de Feria. Son deuxième adversaire, un superbe melocotón, devra même être puntillé en piste après s'être effondré en voyant le Maestro de Chiva le mettre en suerte. Le public se rattrapera tout de même en lui demandant de saluer, conscient de son effort et de sa mala suerte. Applaudissements / Salut

Rare de voir "El Juli" sécher... Et bien on l'a vu aujourd'hui à Béziers, devant son deuxième adversaire, un toro sans charge qu'il accueillera avec une moue dubitative dès les premiers lances de capote. Après une non-faena, le madrilène l'occira d'une épée que nous qualifierons d' "habile". Le toro ne valait pas mieux. Avec son premier, "Juli" avait réussi une grande prestation, le toro n'étant pas bien meilleur que les autres, mais il avait conservé un peu de mobilité, compliquée de coups de tête gênants à la sortie des leurres. En le toquant fort, il parvint à gommer ce défaut autant qu'il le pouvait, et on a cru un moment avoir passé le pire... Il conclut d'une entière après une série de statuaires spectaculaires. Oreille / Silence

Sebastien Castella rêvait certainement d'une meilleure entrée en matière sur ses terres, lui qui surfe sur une vague de triomphes depuis quelques semaines. A la différence de ses compagnons de cartel, il lui reste une occasion (et trois toros) vendredi pour améliorer son tableau de chasse. Après avoir donné un superbe quite par chicuelinas, le biterrois commença sa faena là ou le Juli l'avait terminée, par une série de cinq statuaires somptueuses. Mais le toro perdit rapidement de sa mobilité, et Castella dut aller arracher son unique oreille entre les cornes. Quant à l'ultime de la tarde, il fit illusion en début de faena avant de s'éteindre complètement, manquant de se coucher lui aussi avant l'estocade.

2h10 de course. Présidence parfaite, dans des conditions pas évidentes, de Serge Calmels.

 

Laurent Deloye "El Tico"

Reportage photo : "El Tico" photos

 

RETOUR

 

occterra