bandeau haut
coups de coeur
 
 
 
contact
 
mailing list

 

observatoire

 

LOGO

Bayonne : Ouverture magistrale !

 

 

2 + 1 + 1 + 2 + 1 + queue = 7 oreilles et un rabo au final de cette corrida de rejoneo ouvrant la feria de Bayonne 2009. 19h30 quelques gouttes au paseo pour voir entrer en scène Rui FERNANDES (oreille et vuelta), Andy CARTAGENA (deux oreilles et deux oreilles et queue) et Sergio GALAN (oreille et oreille) confrontés à un lot de six splendides exemplaires de Christophe FANO (origine Murube) qui se sont révélés parfaits pour la plupart. Un petit manque de codicia toutefois mais un toro (5) pour qui
on demandera la vuelta et un « carreton » (6) détruit par un peonage perfide. Sortie a hombros pour Cartagena et Galan et oubli du ganadero qui a pourtant participé grandement aux succès des deux jeunes rejoneadores.
Rui Fernandes agréable face à son bon premier qui se prêtera au jeu des farpas, banderilles et autres roses avant d’être occis d’un rejon jusqu’à la garde. Son second, le seul qui se cantonnera aux planches, sera entrepris spectaculairement mais occis maladroitement.
Surtout ne pas essayer de détailler les deux faenas majuscules de Andy Cartagena tant elles ont comportées de splendides moments. Tout son répertoire y est passé des farpas clouées à l’étrier aux courtes à deux mains en passant par des palos al violon ou des roses inversées ! Du grand art jusque et y compris dans les rejones de mort o combien efficaces. Palme pour sa seconde faena distillée face à un grand toro qui a fait honneur à cet élevage Français.

La pluie redoublant gâchera un peu la fête offerte par Sergio Galan face à son premier qui ne l’aidera guère ayant tendance à se cantonner aux planches et qui sera tué d’un estimable rejon pour lequel tombera une oreille. Autre oreille coupée à son second, le dernier de cette corrida entretenue, avec un aguante insolent et des quiebros extras. Hélas le peonage se montrera bien malhabile jusqu’à détruire un peu le bel et bon animal. Eclairage, bonne musique, belle ambiance et plus d’une grosse moitié d’arène ravie.

Pierre Charrain

 

RETOUR

 

occterra