image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

SOMMIERES

Avant toute chose, il est des initiatives qu'il est bon de signaler, surtout quand elles sont couronnées de succés. Une tradition tauromachique existe bel et bien à SOMMIERES. Une élue locale me rappelait avoir vu toréer dans les coquettes arènes ombragées les rejoneadors français Gérald PELLEN et Luc JALABERT, il y a de cela quelques années... Depuis, plus grand chose ou presque. Mais un petit groupe d'irréductibles, regroupés au sein d'un club taurin actif, a décidé que c'en était assez.

Appuyés par la municipalité, qui a largement participé à l'organisation ; aidés techniquement et matériellement par le Centre de Tauromachie de Nîmes dont les élèves ont toréé ce premier août, ils ont vu les gradins se remplir au fur et à mesure que l'heure du paseo approchait au point qu'au moment où résonnaient les premiers accords de "Carmen", il ne restait plus qu'un cinquième d'arène de disponible.

Bien sur, peu d'aficionados sur les tendidos. Ce qui est d'ailleurs à déplorer, car en Espagne, comme le rappelait la Présidente Brigitte DUBOIS, ces spectacles sont courus. Mais qu'importe, car les curieux qui ont profité de l'entrée gratuite pour s'initier à la tauromachie ibérique, ont bénéficié d'un spectacle de qualité, tant les becerros de TAURELLE et les jeunes apprentis de Nîmes ont été à la hauteur de l'évènement. Peut-être certains d'entre eux, conquis, viendront plus tard grossir les rangs de l'Aficion...

En attendant, enhorabuena aux organisateurs. Après la tienta de l'année passée, la non piquée de cette saison, rendez-vous en 2009...

Laurent DELOYE "El Tico"

Reseña :

01 août 2008

 

3 becerros de TAURELLE 3

pour

Mateo Julian

Victor Alvarez

Maxime Curtos

 

Mateo Julian : Lidia surtout son becerro à la cape. Muleta en main il se rendit vite compte du manque de force de celui-ci et s'appliqua désormais à moins baisser la main. Face à une noblesse douce et franche il nous servit de bonnes séries de derechazos posés, sur la ceinture, avec une certaine classe torera et classique, parsemée de détails tels que changements de mains et remates par le bas, le tout avec élégance. Les choses furent un peu plus désordonnées à gauche mais ce becerro n'en resta pas moins mobile et combatif. Il conclut par une série de bernardinas convaincant le public. Deux oreilles symboliques.

Alexandre Rubio sortit ensuite de tapia, tirant quelques derechazos, certains très bon, s'appliquant toujours à bien se recroiser et bien lui présenter la muleta. Mais le becerro avait déjà changé, serrant plus le torero et se retournant plus court, ce qui compliqua beaucoup la tâche de cet élève du Centre de Tauromachie de Nîmes.

Victor Alvarez tenta d'abord de fixer son becerro puis réalisa deux chicuelinas et deux demies-véroniques de bonne facture. Suivies d'un joli quite par tafalleras de Maxime Curtos. Il débuta à la muleta par doblones mais le becerro montra vite sa tendance à fuir vers le toril.  Victor sut rester fin et doux. Lui aussi fut très propre et élégant face à ce bon bicho, avec parfois même quelques détails artistes. A gauche il se relâcha sur quelques naturelles de trois quart sincères. Il resta dominateur dans un terrain qui ne fut pourtant pas le plus facile : sa querencia. Deux oreilles symboliques.

Jordi sortit de second et sut rester calme et appliqué malgré son manque d'expérience. Puis il réalisa trois naturelles allongées, pieds joints, immobile et très torero.

C'est à puerta gayola que Maxime Curtos attendit son adversaire suivi d'une larga à genoux. Il le torea ensuite fort bien à la cape par véroniques, bien qu'il réfléchissait plus que ses frères. Muleta en main il effectua un cambio au centre de la piste puis deux autres plus en tablas, vu la tendance mansita de son opposant, le ramenant sans arrêt aux planches. A droite, c'est inspiré et intrégué qu'il débuta, nous servant de bons derechazos, aguantant quelques hésitations puis se résignant finalement à le toreer vers les planches. A gauche il fut tout aussi volontaire, démontrant un bon toreo. Deux oreilles symboliques.

Le prix au vainqueur fut finalement attribué aux trois novilleros. Le Ganadero Bernard TAURELLE fut invité à saluer en piste lors de la remise des prix.

 

"La Lagrima "

Reportage photographique : Laurent DELOYE "El Tico" photo

RETOUR

occterra