image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

LES SAINTES-MARIES DE LA MER

09 août 2008

6 Toros de "GALLON" (1&6) et Antonio PALLA 6

pour :

"Juan Bautista"

Joselito ADAME

en mano a mano

PhotoPhoto : JC Carbonne

Le fer d'Antonio Palla à déjà marqué à plusieurs reprises la région sud-ouest ( trois saisons consécutives à Samadet : 2005, 2006, 2007; puis à Bayonne le 14 Juillet 2008) et débuta dans le sud-est avec succès en Arles en novillada lors de la féria de Pâques 2006. L'année suivante les pupilles d'origine Jandilla franchirent le pas de la corrida là aussi sans démériter bien qu'un léger manque de force porta préjudice à la transmission. C'est année c'est aux Saintes Maries de la Mer qu'on leur a fait confiance, complétant le lot par deux toros des frères Gallons car deux des titulaires d'Antonio Palla se sont blessés.

Juan Bautista (gris perle et or): C'est dans une ambiance mystérieusement flamenca que débuta cette corrida, avec un premier toro de Gallon reçu à la cape par Juan Bautista, aussi statique et présent par véroniques pieds joints que ce soleil cuisant. Sous l'unique pique ce brave toro poussa fort, décollant les deux pattes arrières. Puis sous des notes inspirées il nous servit un excellent quite par gaoneras d'une douce lenteur.

C'est à genoux, totalement intrégué qu'il débuta muleta en main, calculant chaque geste et réveillant un torero à l'envie croissante. A droite il profita d'une extreme noblesse et d'une constance dans la charge plus qu'agréable, le tout au galop. Sous le "compas" flamenco Juan Bautista composa, agrémenta et surtout toréa comme il sait si bien le faire. A gauche les choses gagnèrent en intensité et la main se relacha dans une maitrise dominatrice. Puis il enchaina les redondos, ivre de toreo, ponctuant l'oeuvre de petits remates par le bas succulents. Par manoletinas le torero nous enthousiasma et le sourire de Michel Gallon nous réchauffa un peu plus. Et il pouvait sourire, lui qui m'avoua quelques minutes auparavant devant la taquilla qu'un des rêves de son cher père était de voir un de ses toros d'origine Sampedro combattu un jour par Juan Bautista. Rêve réalisé aujourd'hui d'une bien jolie manière: une entière et un coup de descabello et deux oreilles pour Monsieur Aimé Gallon, offertes par Juan Bautista à ses deux fils.

 Face à son deuxième exemplaire il commenca de la même manière à la cape: par véroniques pieds joints très toreras, face à cet impressionnant toro de Palla. Après une seule pique en poussant avec modération notre torero réalisa un quite par véroniques à la saveur artistique: l'inspiration.

Muleta en main il débuta par le haut et réalisa vite les difficultés que posait ce toro qui le regardait beaucoup, sans grande mobilité, bien qu'humiliant suffisamment pour lui tirer de magnifiques passes, à base de technique et de détails, comme un toque parfait toujours au moment adéquat. A gauche c'est passe par passe qu'il aspira si bien un charge s'amenuisant.

Il conclut par bautistinas, gagnant ainsi l'unanime satisfaction du public. Une entière efficace. Deux oreilles.

La competencia monta encore d'un cran quand il reçut son dernier toro à genoux à la cape, terminant par chicuelinas. Malheureusement ce toro se révéla très faible, pratiquement invalide. Et après une petite pique notre torero fit son possible pour s'y accorder, prenant parfois un certain plaisir face à sa douceur, mais la transmission fut loin d'être au rendez-vous sans un minimum de force. Quel dommage, ce toro montrait pourtant beaucoup de qualités. Une entière et salut.

Joselito Adame (lilas et or) fut volontaire et classique à la cape par véroniques face à un fort mais joli toro de Palla qui prit ensuite une légère pique. A droite il le torea avec goût, restant sur un pas et la muleta toujours parfaitement présentée, chargeant la suerte à ce toro noble mais quelque peu arrêté. A gauche il ouvrit encore plus le compas, allant crescendo dans la profondeur, notament sur un trincherazo final fracassant. Casiment de face et toujours recroisé, il aguanta quelquefois les hésitations de ce toro handicapé peut être par un surplus de poids. Pinchazo profond , un coup de descabello et salut.

Il lidia surtout son second à la cape tentant de préserver la charge de son adversaire et évaluer ses possibilités. Après deux piques il entama à la muleta par statuaires déterminés puis s'en alla à dix mètres, toquant de loin, puis enchaîna de vibrantes séries droitières. Puis il raccourcit brusquement les distances, liant les passes dans un mouchoir de poche , profitant de la grande transmission de ce toro. Il termina par de dangereuses manoletinas avant de le tuer de deux pinchazos et une entière. Une oreille pour Adame et vuelta posthume pour le toro.

Il fut ferme et convaincant à la cape rematant d'une fameuse demie-véronique . Après une pique il dessina un impressionnant et très sérré quite par lopezinas, suivi d'un bon quite par chicuelinas de Morenito de Nîmes.

C'est au centre de la piste qu'il attendit son toro de Gallon pour effectuer deux excellents cambios. A droite il resta ferme même si le toro le collait parfois. A gauche  il sut lui laisser la muleta morte pour mieux l'embarquer ensuite.

Sur la fin il l'aguanta beaucoup dans un terrain rétréci et angoissant, mais sans complexes et toujours avec assurance et sincerité. Une entière foudroyante et deux oreilles.

Marie BARCELO

Reportage photographique : Laurent DELOYE "El Tico" photos

 

RETOUR

occterra