image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

 

L'EQUIPE :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

marie Marie BARCELO

julien Julien AUBERT

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

 

 

SAINT-GILLES

Graines de Torero - Finale

11 octobre 2008

6 becerros de Jalabert Frères et "Virgen Maria"

pour

Tomas Bournel

Clément Moras

Mateo Julian

 

Tomas (bleu ciel et or) reçut son premier becerro de "Virgen Maria" avec temple et panache par véroniques, malgré les arrancades musclées de celui-ci. Il brinda ensuite sa faena à Mr Christian Lesur, matador de toros et  créateur du Centre Français de Tauromachie et du concours Graine de Toreros. Il tenta d'abord de trouver le terrain idéal à la muleta, puis comprit vite que la meilleure manière d'aborder ce novillo distrait fut de beaucoup l'attaquer de façon à l'intéresser. Cet adversaire ne tarda pas à fuir aux planches. A gauche Tomas dut aguanter les charges reserrées, mais il ne bougea pas d'un pouce. Dommage que ce becerro pourtant bon au début changea ensuite à ce point. Un pinchazo et une entière, salut au centre.

Il débuta à genoux à la cape face à son exemplaire de Jalabert de manière très audacieuse. Il brinda son becerro aux areneros de la Fiesta Brava et débuta avec autant d'envie à la muleta, exécutant même un cambio spectaculaire. Tomas se sentit de suite à l'aise à gauche, servant de généreuses naturelles, se basant sur un savoir faire et une envie croissante, gagnant en rythme et donc en impact. Il prit surtout le temps de faire les choses bien, sans bousculades ni artifices, mais toujours dans une démonstration de maîtrise et de toreria. Une entière, une oreille.

Clément Moras (violet et or) fut engagé et volontaire à la cape, bien que frôlé à plusieurs reprises par ce becerro de Jalabert mobile et au comportement très sérieux, voire dangereux. Il dédia son travail à Tomas Bournel et Marc-Antoine Romero avant de débuter à la muleta par doblones habiles, se méfiant légitimement de la corne droite. C'est pourtant de ce côté là qu'il commença, tentant de régler ce défaut par un replacement toujours en avant et un toque dominateur. Il trouva ensuite la distance et le rythme idéal sur quelques passes, laissant entrevoir de jolies manières et un style personnel plus qu'appréciable. A gauche les choses se compliquèrent encore au vu de la charge écourtée du becerro, se faisant même accrocher sévèrement. Un pinchazo, une entière, vuelta.

Il se rattrapa nettement face à son exemplaire de "Virgen Maria" qu'il torea avec beaucoup de goût à la cape, avant de dédier sa faena au public. Muleta en main il profita de la douceur et de l'extrême noblesse de ce becerro. Il le torea lentement très torero et très intrégué. Une alchimie se produisit entre ce torero inspiré, ce novillo de rêve et ce public conquis. A gauche Clément torea tellement au ralenti qu'une naturelle plus lente fut impossible, enflammant littéralement le public, le sourire aux lèvres. La  muleta toujours sous le museau et se recroisant volontiers si nécessaire, il toréa avec un coeur énorme et une joie sincère. Ceux qui ont suivi Clément Moras savent à quel point il fut malchanceux durant son parcours en terme de bétail, mais pour la demie finale à Générac et pour la finale en ce jour il eut la chance de toucher deux bons becerros qu'il ne laissa pas passer et qu'il exploita totalement avec talent. Car s'il n'est pas évident de maitriser les novillos difficiles, il n'est pas aisé non plus de s'élever à la hauteur d'un bon novillo, avec toute la technique et l'élégance que cela implique. Dommage que l'épée ne vint pas récompenser ce travail méritoire : quatre pinchazos, une entière et descabello. Vuelta.

Mateo Julian (bleu roi et or): Débuta fort bien à la cape face à son exemplaire de Jalabert, bien que se faisant parfois toucher le leurre. Muleta dans la main droite il fit venir de loin ce très bon becerro bravo et mobile, enchaînant des séries de derechazos enjoués. A gauche il se posa et dessina de superbes naturelles suivis de redondos allongés et prolongés avec une certaine aisance. Il termina par manoletinas courageuses, achevant ainsi son oeuvre par une note frissonnante. Deux pinchazos, une entière et vuelta.

Il fut impressionnant d'aguante par statuaires à la muleta après avoir brindé son becerro de "Virgen Maria" à Gilles Raoux, matador de toros et à présent conseiller technique de l'école taurine de Nîmes. A droite Mateo se posa sur les reins, courant bien la main pour servie des derechazos profonds et allongés, n'hésitant pas rester immobile à chaque moment, même les plus serrés. Dommage qu'il se fit parfois toucher la muleta car ce novillo n'eut aucune mauvaise intention. Un oubli du toque lui coûta une belle voltereta. Il revint doublement décidé, gagnant un cran en élégance. Une entière et descabello, une oreille.

Mateo Julian remporte la 5 ème édition de "Graines de Torero".

Marie Barcelo

Reportage photographique : photos

RETOUR

sceau

Nota : Les photos présentes sur ce site sont protégées par la Loi sur la Propriété Intellectuelle. Tout usage ou toute diffusion sans le consentement de leur auteur est passible d'une condamnation pénale

Directeur de la publication : Laurent DELOYE - RCS 489 209 403 - NIC 00018 - SIRET 489 209 403 00018

 

occterra