image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

 

L'EQUIPE :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

marie Marie BARCELO

julien Julien AUBERT

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

 

 

RODILHAN

FESTIVAL

9 Novembre 2008

Patrick Varin

Marc Serrano

Julien Lescarret

"El Santo"

Marco Léal

Entrée : 3/4 arène

Temps : Couvert et frais.

Deuxième levée pour ce festival organisé par "Caissargues Y Toros" mais expatrié pour les raisons que l'on sait et sur lesquelles on ne reviendra pas... Si la fréquentation a été un peu décevante sur les deux journées cumulées, on ne peut que se réjouir du sérieux avec lequel elles ont été préparées et menées, malgré le peu de temps dont ont disposé les organisateurs. Enhorabuena donc à toute l'équipe de "Caissargues Y Toros" chère à la Présidente Gismonde Pélicier, aidée bien entendu par l'omniprésent Gilles Raoux, et à l'an prochain, puisque l'invitation nous a été confirmée par Monsieur le Maire en personne.

Le bétail du jour était fourni par les ganaderias Pierre-Marie Meynadier (1); "Virgen Maria" (2 ; 3 & 4) et Alain Tardieu (5). Les comportements ont certes été différents, comme les présentations, de fin de temporada, mais aucune fausse note à signaler. Le meilleur fut de très loin le deuxième, un "Virgen Maria" de bandera qui, après avoir poussé sur une unique mais vibrante rencontre avec le groupe équestre armé par la cavalerie Heyral, se révéla un collaborateur de premier ordre dans la muleta de Marc Serrano. Le moins bons certainement le quatrième, du même fer, qui réfléchissait beaucoup mais ne semblait animé d'aucune mauvaise intention devant lequel "El Santo" a passé une après-midi comme on n'en souhaite à personne...

Patrick Varin : Débuta avec la douceur et la maîtrise qu'on lui connaît à la cape, signant cette entame par une demi-véronique intemporelle. Après deux rencontres avec le cheval, Patrick brinda à Pepe de Montijo, "Père de tous les toreros francais" selon ses mots. A la muleta il sut profiter des qualités de ce novillo, liant des passes toutes plus inspirées les unes que les autres, toujours par le haut, le novillo accusant un poil de faiblesse. Il porta une très bonne estocade qui lui permit de couper une grosse oreille, avec pétition de la deuxième. Oreille.

"Marc Serrano" : Dès les premiers lances de capote, le nîmois a compris qu'il avait affaire à un grand adversaire. Placé idéalement en suerte, le bicho démarrait à la première sollicitation et s'élançait à l'assaut de la pièce montée sur laquelle avait pris place un Olivier Riboulet qui démontra à cette occasion ses qualités de cavalier. Les reins mis, le toro amenait le cheval à la barrière d'une seule et uniforme poussée, sous la morsure d'un fer bien placé, ne quittant le peto qu'à regret. Dans la muleta d'un Marc Serrano qui n'en demandait pas autant, habitué qu'il est à d'autres grandes batailles, le novillo confirmait ses bonnes dispositions, buvant le leurre avec une avidité et une générosité inégalables, d'une côté comme de l'autre. Inspiré, a gusto, le nîmois réalisait une grande faena avec un plaisir évident, avant de rouler son adversaire d'un recibir en place, le bicho faisant étalage à l'heure de passer de vie à trépas, de la bravoure qu'il avait manifesté durant tout son combat. Deux oreilles et queue / Vuelta au novillo après pétition d'indulto refusée par la Présidence. Olivier Fernay et Jean-Marie Raymond, heureux éleveurs de ce très bon toro, ont salué en piste.

Julien Lescarret : Fut volontaire et engagé à la cape, lançant le leurre bien devant de manière à ne permettre aucune hésitation à un novillo qui, de toute évidence, ne montrait pas les mêmes qualités que le précédent. Après une pique poussée et une rencontre plus anecdotique, Julien commença sa faena de muleta par doblones dominateurs pesant d'entrée sur ce novillo pour réduire sa violence. A gauche il parvint à baisser beaucoup la main, le novillo collaborant mieux durant un certain temps de ce côté. Une entière et un coup de descabello. Une oreille.

"El Santo" : Il est des journées que l'on ne souhaiterait pas à son pire ennemi... Lorsque l'on est torero, son pire ennemi n'est peut-être pas le toro, mais soi-même. Aujourd'hui, Julien le "Santo" aurait certainement souhaité être de la fête. Pourtant, il a subi un revers étonnant, que rien ne laissait présager. Certes, son novillo était le plus imposant du lot, mais il en en vu de pire... Certes, ses intentions n'étaient pas toujours claires, mais peut-on le demander à un toro ? Aujourd'hui, Julien a douté et il est passé à côté de son sujet. Personne ne lui en a voulu, d'ailleurs, puisqu'il a été appelé en piste après la mort difficile de son adversaire et qu'on était en festival... Mais pour le "Santo" aujourd'hui, le rève s'est transformé en cauchemar. Ce jeune garçon a compris qu'être pétri d'aficion et de talent ne suffisait pas pour être torero... Puissent les jours qui viennent lui apporter les réponses aux questions qu'il doit se poser inévitablement ce soir. Puissent ses larmes au moment du salut, au tiers du ruedo, faire comprendre aux irréductibles idiots que seulement "y être", c'est déja beaucoup... A noter les saluts de "Miguelito" et Raphael Lisita à l'issue d'un beau tiers de banderilles.

Marco Léal : Fut sobre et élégant à la cape profitant d'un novillo qui se déplacait loin au départ, répétant ses charges dans un rythme soutenu. Après une pique, il partagea les banderilles avec Mehdi Savalli dans un tercio virevoltant. Il brinda son novillo au public avant de s'efforcer de soutenir le rythme de cet adversaire de beaucoup de moteur, se retournant promptement, créant ainsi une certaine émotion, surtout quand la liaison fut au rendez-vous. Un pinchazo, une entière et un coup de descabello, une oreille.


Laurent Deloye "El Tico" (avec la collaboration de Marie Barcelo)

Reportage photographique : photos

RETOUR

sceau

Nota : Les photos présentes sur ce site sont protégées par la Loi sur la Propriété Intellectuelle. Tout usage ou toute diffusion sans le consentement de leur auteur est passible d'une condamnation pénale

Directeur de la publication : Laurent DELOYE - RCS 489 209 403 - NIC 00018 - SIRET 489 209 403 00018

 

occterra