image

www.corridafrance.fr

www.eltico.org

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

christian Christian CARTOUX

DANIEL Daniel CHICOT

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

PALAVAS LES FLOTS

FERIA DE LA MER

1er MAI 2008

6 Toros de Juan-Pedro DOMECQ 6

pour :

"El Juli"

"Juan Bautista"

Sobresaliente : "Morenito de Nîmes"

SalidaPhoto : Daniel CHICOT

Entrée : Quasi plein

Temps : Très beau temps avec légère brise

Après la pluie de 2006, après le vent pour sa deuxième prestation Palavasienne, l'équipe de Vincent RIBERA bénéficiait cette année de conditions atmosphériques idéales pour le troisième paseo de Julian Lopez "El Juli" dans le ruedo des arènes Manuel BENITEZ "El Cordobes". Le forfait de Joselito ADAME avait transformé l'affiche initiale en mano a mano entre deux amis. On se disait que si les toros "embistaient", ce pouvait être une belle après-midi. On n'a pas été déçus... Après un premier "JuanPedro" faible malgré d'évidentes qualités d'embestida, on vit surgir le spectre de la récente déroute sévillane du fer. Mais les cinq autres ont servi, à des degrés divers, et ont permis aux Maestros de s'exprimer sans retenue. La competencia a d'ailleurs joué, puisque l'on a vu tour à tour les deux diestros les genoux en terre, au capote et à la muleta à la réception pour le camarguais, en fin de faena pour le madrilène. Si l'on ne peut que regretter la disparition de certaines encastes, pour d'évidentes raisons commerciales au profit du "tout Domecq", force est de constater que ce matériel là est le plus propice au succès dans la tauromachie actuelle. Il n'y a pas photo...

"El Juli" - Son premier adversaire ne se remit jamais d'une vuelta de campana qui le laissa groggy. Juli tenta bien de lui servir une faena d'infirmier, mais il dut renoncer car le toro n'en voulait plus. Dès la sortie du toril du troisième de la soirée, dès les premiers capotazos, il fut évident que l'on était en présence d'un bon toro. Après s'être employé lors d'une unique, mais sérieuse rencontre, le bicho sembla accuser le coup et donna quelques signes de faiblesse. Mais son matador et sa race firent le reste, et une nouvelle fois la magie opéra. Grande prestation du madrilème, qui embarqua le cornu dans sa muleta puissante pour des séries qui firent rugir le public, et le toro andalou laissa ses deux oreilles sur le sable palavasien. Le cinquième de la tarde se révéla plus arrêté et violent. Mais il ne gagna pas la partie face à un Juli rageur, qui finit une faena intimiste à genoux, le dos tourné à son adversaire comme on a peu l'occasion de le voir. Applaudissements / Deux Oreilles / Oreille

"Juan Bautista" - Le premier toro de Jean-Baptiste s'est enfin livré à lui. Après un début de temporada difficile pour le français, qui a vu nombre de ses adversaires lui ôter tout espoir de succés, enfin on a pu le voir faire étalage de ses qualités techniques et artistiques lors d'une faena courte, mais intelligemment construite et dominatrice. Son second adversaire, particulièrement enracé, lui posa tout d'abord quelques problèmes, décochant des coups de tête dans sa muleta. Une fois ce détail réglé, l'arlésien put à nouveau faire parler son talent et à l'issue d'une nouvelle faena allurée, un recibir concluait les débats et deux pavillons récompensaient sa prestation. Changement de registre enfin pour le dernier de la soirée, qui se réfugia aux planches après s'être vidé de ses forces. "Juan Bautista" le torea là, entre les cornes et l'occit d'une belle épée. Oreille / Deux Oreilles / Oreille

A noter : Deux Maestros = six coups d'épée. "Morenito de Nîmes" a fait un quite élégant par chiuelinas, à l'invite du Juli, au cinquième.
Reportage photographique : photo

Laurent DELOYE "El Tico"

RETOUR

 

Nota : Les photos présentes sur ce site sont protégées par la Loi sur la Propriété Intellectuelle. Tout usage ou toute diffusion sans le consentement de leur auteur est passible d'une condamnation pénale.


ART DE VIVRE ESPAGNOL