image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

 

L'EQUIPE :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

marie Marie BARCELO

julien Julien AUBERT

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

 

 

NÎMES

20 septembre 2008

7 toros de Garcigrande ; Juan-Pedro Domecq ; Victoriano del Rio & Toros de Cortes 7

pour

"Sébastian Castella " unico espada

castellaPhoto Daniel Chicot

Entrée : Cartel de No hay billetes

Temps : Beau temps - Léger mistral

Quoi qu'on en dise désormais, maintenant que le résultat statistique est tombé, avant même de s'élancer pour un des paseos les plus importants de sa déja longue carrière, Sébastian Castella avait gagné son pari. En effet qui, il y a quinze ans, aurait parié un ancien franc sur le fait qu'un français remplirait sur son seul nom les grandes arènes de Nîmes, un samedi de Féria des Vendanges ?

Le reste n'est qu'une question de goût. On savait que le répertoire du biterrois était plus court et qu'il n'avait ni le charisme, ni l'abattage du Juli. Mais on connaissait sa soif de triomphe et son courage froid. On lui a de plus découvert une générosité nouvelle et une disponibilité agréable. Peut-être une saison compliquée, en demi-teinte, passée à quatre vingt dix neuf pour cent hors des frontières hexagonales lui a fait apprécier l'air du pays et un public qui l'a chaleureusement accueilli lors de son entrée en piste.

A sa décharge également un mélange de toros bien en dessous des Daniel Ruiz de la veille. Si l'on excepte le bon septième, "Toro de Cortes" (Victoriano del Rio) offert par le Maestro et qui sauve la course, pas grand chose à retenir côté ganado. Deux Juan-Pedro décevants ; deux Garcigrande nobles, mais qui transmettaient peu pour cause de jarrets en flanelle ; un Victoriano del Rio qui ressemblait à un Sepulveda mais qui, grace à ses charges vibrantes, a laissé ses deux oreilles comme un Domecq et un autre Victoriano plus dans le type qui s'est agenouillé dès la sortie des piques...

Côté actuacions, à peu près toujours la même chose. Mais c'est aussi ce qui fait la force du Français : Pouvoir faire les mêmes choses à tous les toros, quelles que soient leurs origines. On a vu à Pentecôte devant les Pilar que ce n'était pas toujours chose évidente et que peu de ses confrères s'y hasardaient... A noter cependant, outre les cambios et autres redondos , une larga afarolada de rodillas pour accueilir le 5ème et les banderilles posées aux deux derniers exemplaires, avec plus ou moins de bonheur, mais c'est l'intention qui compte.

Bref, une soirée qui restera quoi qu'il en soit un beau morceau de bravoure et un triomphe mérité pour Sébastian Castella et un espoir de le revoir dans des corridas plus conventionnelles dès la prochaine temporada, un peu partout en France.

Résultat statistique :

1 - Garcigrande : Une épée un peu basse / Oreille

2 - J.P. Domecq : Vilain bajonazo / Silence

3 - Victoriano del Rio : Entière d'effet rapide / 2 oreilles

4 - Garcigrande : Pinchazo + entière en place / Salut

5 - J.P. Domecq : Atravesada + descabello / Silence

6 - Victoriano del Rio : Pinchazo + 1/2 lame / Silence

7 - Toros de Cortes : Une entière foudroyante / 2 oreilles et la queue

Laurent DELOYE "El Tico"

Reportage photographique : photo

RETOUR

sceau

Nota : Les photos présentes sur ce site sont protégées par la Loi sur la Propriété Intellectuelle. Tout usage ou toute diffusion sans le consentement de leur auteur est passible d'une condamnation pénale

Directeur de la publication : Laurent DELOYE - RCS 489 209 403 - NIC 00018 - SIRET 489 209 403 00018

 

occterra