image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

ROMERIA de MAUGUIO

08 juin 2008

6 Toros de "GALLON" 6

pour :

Marc SERRANO

Javier VELVERDE

Mehdi SAVALLI

C'est une après-midi pleine de rebondissements qui ce deroula dans les arènes de Mauguio en ce dimanche en demi-teinte. La noblesse et le bon jeu des toros de Gallon étaient au rendez-vous bien que voilés par une faiblesse récurrente. Les toreros aussi ont répondu présent profitant au maximum de la charge d'un lot de toros trés bien présenté.

Marc Serrano (bleu et or) s'annonça très engagé dés la réception à la cape de son premier exemplaire. Après une inattendue larga afarolada il le torea de manière intelligemment templée. En effet son adversaire offrait une grande noblesse soulignée d'une pointe de douceur que notre torero ne laissa pas passer et saura savourer à sa juste mesure. Il commencera donc sa faena de muleta au centre par passe cambiada, marquant une nouvelle fois sa décision. A droite il profitera de la charge du toro en l'allongeant au maximum et s'appliqua à garder ce minimum de distance que le toro demandait afin de le préserver jusqu'au bout. Dommage qu'il ne conclut pas avec l'épée. Salut au centre

Il répètera la larga face a son deuxième exemplaire comme pour dire "cette fois ci c'est la bonne". Malheureusement ce ne le fut pas. Et pour cause, son toro donna tous les signes de faiblesse malgré la lidia soignée de "Morenito d'Arles" qui fit son possible pour le préserver apres l'unique pique. C'est donc une faena de douceur et de déicatesse qui sera imposée. Quel dommage, cet après-midi là, faiblesse rima avec tristesse car quelle noblesse ! Il ne reste qu'une solution pour éviter de répondre aux réflexions du public demandant d'abréger : raccourcir les distances et continuer à donner de l'importance à son labeur malgré tout, ce que Marc Serrano fit  de manière tres sincère. Un pinchazo et une entière.

Le premier toro de Javier Valverde (rouge et or) suscita beaucoup d'émotion en sautant en contre piste et infligeant un coup de corne de dix centimètres à Mr Robert Chaix. Ce toro démontra une grande mobilité dans le premier tiers dont Valverde profita avec une certaine classe. Mais après les deux piques il se montra déjà beaucoup plus arrêté et le torero prit la décision d'entâmer sa faena par le haut pour le préserver et économiser ses forces. Il poursuivit d'une série droitère quelque peu étouffante parvenant par la suite à se relacher totalement sur la main gauche. Face a un toro d'une extrême noblesse humiliant beaucoup. Toutes les qualités réunies dans ce toro, sauf la force. Ce qui n'empêchera pas Valverde d'en tirer le meilleur parti. La mort fut maladroite laissant s'envoler le moindre espoir de voir s'agiter les panuelos.

Il reçut son second par véroniques pied joints templées et cadencées. Ce toro brindé à Robert Margé s'avèrera le moins commode, néanmoins sans mauvaises intentions. Il arrachera les passes une par une face à des gradins qui se vident sous les gouttes de pluie. L'orage n'est pas loin. Il paraissait livrer une véritable bataille dans l'indifférence générale jusqu'à ce qu'il attire attire l'attention du public grâce à une inespérée série droitière parfaitement liée. Une entière. Une oreille.

Mehdi Savalli (rose et or rématé azabache) : Notre Mehdi bouillonnant nous sert deux largas afaroladas pimentées de quelques chicuelinas en réception de son premier toro. Apres l'avoir brindé à ses éleveurs en personne il l'attend au centre de la piste muleta dans la main gauche. Le toro s'élance et Mehdi ne bronche pas, ses passes sont statiques et ressenties. Il s'assoie sur les reins et conduit son toro le plus loin possible. A gauche le toro commence à s'arrêter et la faena se construit désormais de recroisements et de temps morts. Car la précipitation n'est plus une solution pour Mehdi, il se rapproche et prend le temps de nous servir des redondos rapprochés. Une entière basse. Une oreille

Il reçoit son second par véroniques pieds joints magnifiquement désintéressés et méprisants. Au quite il l'attend au centre de la piste, le toro démarre au galop et il déploie sa cape dans une chicuelina aguantée impressionnante.

La pluie se transforme en orage et le public s'affole dans un rythme foudroyant. Le pundonor poussera Savalli à prendre les palos et à banderiller au ralenti dans une ambiance irréelle.

Cambio dans le même ton : dédaigné et dons résolument savoureux. Il  se mettra ensuite à toreer comme il aime et comme il voudrait toujours le faire : alliant la finesse et la classe à son sourire. Une entière, deux oreilles.

 

Marc SERRANO : Salut au centre / Vuelta

Javier VALVERDE : Ovation / Oreille

Mehdi SAVALLI : Oreille / Deux oreilles.

"La Lagrima"

Reportage photographique de Daniel CHICOT : photo

 

RETOUR

occterra