image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

FERIA du NOVILLO à LUNEL

19 juillet 2008

6 Novillos de Patrick LAUGIER (3 "Paradis" + 3 "Piedras Rojas") 6

pour :

José Carlos Venegas

Marco LEAL

Miguel Ángel Delgado

Entrée : 1/2 arène

Temps : Beau et très chaud

Cette après midi de toros fut marquée par le triomphe de Miguel Angel Delgado et la présentation de respect des pupilles de Patrick Laugier au jeu inégal. 

Juan Carlos Venegas, ( bleu ciel et or) venu de Beas de Segura près de Jaen reçut son premier novillo par veroniques enchaînées avec rythme tentant d'abord de trouver la bonne distance.

Apres deux piques Marco Leal s'essaya à un osé quite par Lopezinas abrégé par un désarmé.

Venegas débuta sa faena de muleta par statuaires aguantées dans un terrain resserré puisque le novillo se retournait court. Les muletazos se firent ensuite de manière isolée, ne parvenant pas à lier face à cet adversaire qui réfléchissait beaucoup. Son mérite fut de rester immobile à gauche face à ses hésitations, les cornes au niveau des tibias. Il reprit donc la main droite et fit la seule chose qu'il restait à faire: resserrer les terrains et offrir du spectaculaire: une passe changée dans le dos, inattendue. Il insista ensuite sans résultats et se résigna à le tuer. Trois pinchazos, une entière et descabello. Silence.

Il fut prudent à la cape face à son deuxième exemplaire à l'armure impressionnante. Ce novillo prit d'ailleurs trois piques dont deux au deuxième picador et une en poussant vraiment. Venegas resta quieto et ferme malgré ces cornes qui frôlaient parfois son visage. Mais son labeur fut d'autant plus difficile que le toro s'enfuit aux planches. Il releva tout de même le défi et parvint à tirer quelques passes isolées. Une entière et descabello.

L'arlésien Marco Leal ( noir et or) reçut son novillo par véroniques en baissant et courant bien la main. Ce novillo reçut deux piques en poussant avant que Marco protagonise un tercio de banderilles assuré et assez spectaculaire, mais quelque peu épuisant pour son adversaire. Malgré la charge plutôt courte de celui-ci en début de faena Marco s'attacha déjà à donner beaucoup d'importance à chacun de ses gestes. Mais son novillo refusait de coopérer et chaque effort du torero se solda par un violent coup de tête. Notre torero nous gratifia tout de même d'une belle estocade efficace, sentant que les options s'épuisaient face à ce si joli colorado.

Il lidia son second de manière professionnelle à la cape tout en le menant habilement au centre. Il assura ensuite un impressionnant tercio de banderilles compliqué par le comportement arrêté de ce novillo, tout aussi impressionnant de trapio que le précédent. Mais il fut plus que sincère surtout sur la deuxième paire étonnante d'engagement. C'est plein d'ardeur qu'il entama à la muleta sur la main gauche et dut passer outre de violents coups de tête et une querencia aux planches déjà affirmée. Aucune option non plus avec celui-ci. Le désespoir envahit le visage de Marco qui n'eut plus qu'une solution : le tuer le plus proprement possible. Chose non aisée car tout le monde savait que le novillo n'aiderait en rien notre torero, restant immobile lors du toque. Un pinchazo et une demie-lame. Puis adroitement puntillé par Paquito Leal.

Miguel Angel Delgado ( bleu clair et or) débuta muleta en main, après une pique reçue par son adversaire, usant de manières empreintes de saveur et de toreria soulignées d'une trinchera saisissante. Les derechazos furent liés les pieds plantés au sol, alliant élégance et autorité. Il lui en fallut d'ailleurs un minimum pour régler ce novillo au comportement changeant. Petit à petit il forgea une structure à sa faena en se rapprochant et en optant pour la douceur et beaucoup de temple. A gauche les gestes se firent plus allongés, dessinés de manière à aspirer son novillo, ne laissant plus un centimètre de terrain au doute. La posture de face révélant une réelle envie de sincérité et d'engagement. Il conclut par deux redondos difficilement mais finalement achevés. Malheureusement à l'épée il se reproduisit la même chose que lors de son actuation à Tarascon trois semaines plus tôt : le novillo broncha au moment du toque ce qui fit pincher notre torero. Mais cela suffit à le mettre à terre. Il coupa cependant une oreille récompensant son travail à la muleta.

Le deuxième novillo de Delgado se cassa la corne gauche à la base contre un burladero et fut remplacé par un agréable sobrero de Roland Durand.

Il le mena rapidement au centre à la cape et après une unique pique il tenta un quite par chicuelinas et se fit spectaculairement accrocher. Muleta en main il fit preuve de technique mêlée à un certain esthétisme. Les passes s'enchaînèrent avec une liaison parfaite et une position très torera. Ce novillo fut très mobile et suivit le leurre bien présenté et toujours prêt, condition nécessaire lors de cette faena. Il retrouva donc le sourire profitant de cette charge allègre et exposant un toreo de sentiments et d'une paisible audace. Il passa à coté lors de la première estocade  et le tua ensuite d'une entière. Il coupa donc une seconde oreille, synonyme de sortie a hombros.

"La Lagrima "

Reportage photographique : "El Tico" photo

En matinée, le traditionnel Bolsin voyait s'affronter sous un soleil de plomb les élèves des trois grandes écoles taurines du Sud Est. Devant du bétail de la ganaderia PAGES-MAILHAN, allaient alterner "Morenito d'Istres" ; "Santi Mario" ; "Mateo Julian" ; Victor ALVAREZ et "Dorian". Les vaches, en général, donnèrent du bon jeu et on retiendra les prestations de "Mateo Julian", de Nîmes et "Santi Mario" de Béziers, devant des adversaires il est vrai légèrement supérieures.

Reportage photographique : "El Tico" photo

 

RETOUR

occterra