image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

LA BREDE

21 juin 2008

4 novillos d'El Palmeral 4

pour

Tomasito

Matthieu Guillon

Cayetano Ortiz

Tomasito fut volontaire face à un novillo qui montra des signes de faiblesse dès la cape et qui se retourna donc très court tout au long de la faena de muleta. Deux pinchazos et une entière. Salut aux tiers.

Matthieu Guillon montra beaucoup d'envie à la cape. Une envie qu'il gardera sans cesse à la muleta. Une entière et une oreille.

Cayetano Ortiz tenta toujours de tirer le meilleur d'un novillo désordonné et quasiment impossible à toreer sur le côté droit. Deux pinchazos, une demie lame et une entière.

Ce fut donc Matthieu Guillon qui tua le dernier novillo qui était reservé au meilleur des trois toreros. Ce fut un novillo possédant beaucoup de moteur  et de mobilité, pas facile à canaliser! Matthieu Guillon parvint tout de même à construire une faena enthousiasmante avant de le tuer d'une bonne épée qui lui valut deux oreilles.

 

Samedi 21 Juin 2008

La Brède

6 Toros de Prieto de la Cal 6

pour

Rafaelillo

Julien Lescarret

Fernando Cruz

Rafaelillo (Saumon et Or) offrit un début de faena enjoué grâce à une larga afarola et une série de véroniques résolument bien executées.

Après la première pique ce toro de beaucoup de moteur gagna en douceur ce qui permit au torero de le templer parfaitement. Après l'avoir brindé au public il prit l'initiative de le mener directement au centre et comprit qu'il fallait le toreer à gauche, corne la plus profitable. Il parvint à lui tirer quelques bonnes naturelles isolées avant de se tourner vers la main droite mais ce côté là du toro fut impossible. Il se jeta comme un dératé sur le toro pour lui porter une époustouflante estocade. Elle seule lui valut une oreille.

Il torea son deuxième exemplaire totalement invalide mais ne pouvant pas être remplacé par le sobrero puisqu'il n'existe pas de toril à La Brède. ll le tua donc lui même avant qu'on lui sorte le sobrero.

Tout aussi mobile à la cape le torero sera cette fois ci moins confiant.Les deux piques furent violentes mais brèves.Muleta en main Raphaelillo le fit obeir sans pour autant parvenir à lui enlever cette pointe de violence qui lui faisait donner de méchants coups de tête.Il insista mais le toro passait de plus en plus près cherchant les chevilles.Même facture sur la corne gauche.Notre torero resta digne n'abandonnant jamais la bataille et le tua d'une entière efficace. Salut aux tiers.

Julien Lescarret (écume de mer et or) débuta la cape de manière engagée faisant rugir les gradins suivi d'un quite par chicuelinas sérrées mais stylisées. Il commenca lui aussi sa faena à gauche et lia une série de naturelles décalées face à l'attitude désordonnée de ce toro. Mais à force de lui baisser la main et d'aller sans cesse en avant il parvint petit à petit à faire rompre ce toro.La muleta toujours prête à droite il tenta de se relâcher à la surprise générale prenant encore plus de risques. Face à ce toro qui se retournait court Lescarret choisit comme solution  de raccourcir les distances de façon à moins lui avancer la muleta et ainsi profiter de le mener quelques centimètres plus loin derrière. Malheureusement il ne conclut pas comme il l'aurait aimé à l'épée: deux pinchazos et une bonne entière. Vuelta

Il reçut son second par delentales rythmés et menés. Après une ique c'est sous les " non à la corrida!" des antis qui vociféraient au dehors qu'il débuta une faena qui se construisit rapidement.Les naturelles furent de bon goût, la tête penchée sur l'épaule, aguantant les charges d'un toro attentif à tout et pas seulement au torero. C'est inspiré qu'il réalisa des molinetes personnalisés. Il reussit même un redondo infiniment long enthousiasmant le public. Une oreille

Fernando Cruz (blanc et argent) écopa d'un toro très faible au départ qu'il torea donc à mi-hauteur. Il se posa ensuite sur une série de derechazos ressentis, assis sur la ceinture la poitrine en avant. Quelle profondeur! Il profita de la force retrouvée de son adversaire dont il fit son allié en l'embarquant dans des naturelles aussi longues qu'artistes. Quelle saveur. C'est très sincerement qu'il reprit la main gauche toujours de face sur la première et raccourcissant les distances. Il le tua d'une entière très engagée qui le foudroya et lui permit de couper deux oreilles méritées.

Son second toro se coucha dès la cape sur la corne droite. Après une pique il débuta sa faena par le bas tout en marchant. Il tentera de le soumettre à droite, peut être un peu trop pour ce toro qui ne voulait décidement pas baisser la tête. Il lui arracha tout de même une série droitère plus que méritoire au vu des coups de tête et de la charge par fusées du toro. Il resta tout de même sur son terrain quieto comme un bout de bois. Son envie à toute épreuve vint à bout du cornu qu'il tua une nouvelle fois d'une entière impressionnante. Même effet: l'efficacité. Une oreille

"La Lagrima "

 

RETOUR

occterra