image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

FERIA d'ISTRES

22 juin 2008

6 Toros de ESCOLAR GIL 6

pour :

"El Fundi"

"Rafaelillo"

Julien LESCARRET

 

Entrée : 9/10ème arène

Temps : Beau et très chaud

"El Fundi" (camel et azabache) exploita avec métier et temple la charge plutot suave du premier à la cape. Douceur dictée déjà par une pointe de faiblesse. Après deux piques il entama tout de même sa faena par le bas le menant rapidement au centre. Mais le toro n'était pas clair sur la corne droite et il opta dessuite pour la main gauche. Ce ne fut guère plus facile. Il tenta de lui apprendre à charger par muletazos de tanteo avant de parvenir cette fois ci à lui arracher une série droitière. Mais un autre problème se pose déjà : la tendance mansa du toro qui ne pense qu'à finir ce combat. Un tiers de lame efficace. Salut

Il mena son second par chicuelinas marchées classiques mais contrôlées avec grâce. Il nous offrit un début de faena inspiré par trincherazos étirant  ensuite ses passes  aguantées et savamment toquées. Comme pour faire durer une oeuvre tronquée il prendra le temps de se placer, d'avancer la muleta doucement et enfin de le toreer dans les règles fondamentales du toreo, avec même une douceur appréciée puisque plutôt rare. Un pichazo et un entière engagée pratiquement dans les cornes. Deux oreilles et vuelta al ruedo contestée pour le toro.

"Rafaelillo" ( bleu et or) fit une réception de cape plus volontaire qu'esthétique. Il débuta sa faena en menant son adversaire au centre avant de le toréer par naturelles aidées une par une sans jamais lui baisser la main afin de tenter d'allonger son voyage. Rien n'est lié mais tout est calculé : la distance, le moment ou il faut toquer ainsi que le terrain le plus approprié. Cette stratégie portera ses fruits face à un toro qui n'humiliait plus et qui marchait avec nonchalance dans la muleta avant de se diriger vers les planches. Un pinchazo, un entière et palmas y pitos.

Il parvint ensuite à intéresser un toro plutot arrêté. Par sa décision il le fit charger sur deux séries mais pas beaucoup plus. Un pinchazo, une demie lame et descabello. Silence

Julien Lescarret (vert bouteille et or) réceptionna son premier toro par delentales enchaînés avec cadence. Il débuta sa faena de muleta par doblones allongés au maximum  et mena son toro au centre avec professionnalisme. La première série droitère fut déjà bien liée et ordonnée avec classe. Enfin un toro qui transmettait et Lescarret en profita, le citant de loin. Une fois la distance trouvée il s'accorda au cornu et nous gratifia  même d'un molinete surprenant vu la cadence et la distance écourtée. A gauche le danger se fit plus ressentir mais notre torero ne changea pour autant son optique et ses positions. A gauche de face il alla le chercher sous le museau et se raidit la main basse et fine. Une entière en arrière mais efficace, une oreille.

Il lidiera surtout son second à la cape mais toujours avec élégance.Son banderillero "El Chano" salua. Après avoir brindé son toro à Bernard Marsella empresa des arènes, il opta aussi pour une lidia soigneuse à la muleta. Inspiré et intelligent à la fois il laissa l'espace nécessaire au toro pour s' employer. Le dos se creusa et la tête se pencha dans un élan de douceur et de pouvoir. Il douta quelque peu à gauche. Il revint enfin sur la main droite pour se relacher totalement. Un pinchazo, trois quart de lame bien placé et deux descabellos. Salut au centre.

"La Lagrima "

Reportage photographique : "El Tico" photo

 

RETOUR

occterra