image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

DAX

07 septembre 2008 - matin

4 novillos de Escudero de Corto 4

pour

Miguel Tendero

Roman Perez

et

2 novillos sans picador de Montalvo et Conde de Mayalde 2

pour

Fran Gomez

 

Temps nuageux, parfois pluvieux.

2/3 d'arènes

Miguel Tendero (rouge et or) débuta à la cape par delentales ajustés, sérrés et conclus par une demie-véronique au style déjà prononcé. Après une unique pique il réalisa un quite par chicuelinas aguantées jusqu'au dernier moment, preuve d'une volonté et d'un sang froid à toute épreuve. Muleta en main il fit preuve d'une douceur et d'un calme à contresens de ce toro arrêté et quelque peu violent. Mais tel fut le secret, parvenant ainsi à laisser libre cours à son inspiration et à sa grande toreria.

Le début de faena ne manqua pas de détails artistes et d'une envie de creer le toreo qu'il affecte le plus, bien que parfois trop étouffant pour ce novillo à la race limitée. A gauche les choses furent plus compliquées encore mais Miguel Tendero n'en fut pas moins sûr de lui, aguantant plusieurs regards et hésitations. Dommage que la mort ne conclut pas ce bel effort. Une épée basse, un pinchazo et une entière. Salut au centre.

Il fut tout aussi posé face à son deuxième novillo, faisant étalage d'une aisance et d'une facilité révélatrice d'une grande confiance en soi. Après une unique pique à l'arrachée, il profita des qualités de son novillo en lui liant une première série de derechazos aérés et très propres grâce à sa principale qualité: le temple. A gauche par contre le novillo n'humilia plus tout à coup, sortant suelto sans porter grand intérêt au leurre. Sur la fin il reussit à s'entendre avec lui sur cette main, avec un certain ligazon, ce qui n'était pas joué d'avance. Il tua d'une entière et coupa donc une oreille.

 

Roman Perez (moutarde et or) effectua un début très enjoué à la cape, toréant par véroniques empreintes d'une certaine recherche esthétique. Après une pique il débuta proprement à droite, réalisant des muletazos de bonne facture sans toutefois  parvenir à transmettre au public. Et pour cause ce novillo arrêté et ne démarrant que sur des toques insistants. 3/4 de lame, silence.

Il fut ensuite discret à la cape avant de mener son novillo pour une unique pique. Il fut ensuite bien présent à la muleta, sollicitant sans arrêt son adversaire afin de donner du rythme à cette faena, et enthousiasmer ce public refroidi par la pluie. Il fut très technique et le tua d'une belle entière. Une oreille.

 

Fran Gomez (lie de vin et or) se fit sérieusement accrocher par son becerro de Montalvo à la cape. Il gagna ensuite en assurance muleta en main, prenant toujours beaucoup de sitio et allongeant bien les passes pour pallier à sa tendance à se retourner court. A gauche et après quelques passes par le bas, le becerro se retourna beaucoup plus court, ce qui était à prévoir. Deux pinchazos, une entière, salut aux tiers.

Face à son deuxième il gagna rapidement le centre de la piste par véroniques, marchant toujours vers l'avant, condition obligatoire pour parvenir à canaliser cet adversaire si rapide et se retournant très court. Il tenta de répéter la formule à la muleta mais eut du mal à gérer l'alegria dangereuse  de cet exemplaire qui le regardait sans cesse. Il s'arrima malgré tout et resta toujours quieto. Il le tua d'une belle entière, ce qui ne fut pas aisé et fut récompensé par une oreille. Saluons son courage et sa ténacité dans ce dur labeur.

 

Marie BARCELO

 

RETOUR

occterra