image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

 

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

FERIA de BEZIERS

17 août 2008 - SOIR

6 Toros de MIURA 6

pour :

"El Fundi"

Juan José PADILLA

Javier VALVERDE

Entrée : Plein

Temps : Beau temps chaud.

Même si "ce ne sont plus les Miuras d'avant...", les six pensionnaires de Zahariche qui ont foulé le sable des arènes biterroises en cette après-midi de clôture ont chèrement vendu leur peau. Ils ont rencontré à 17 reprises les chevaux de la cavalerie BONIJOL, développant en ces occasions plus de violence que de réelle bravoure. Seul le dernier exemplaire mit les reins sur trois piques poussées.

"El Fundi" : Le premier Miura lui sauta rapidement à la gorge sur la corne droite. Après avoir constaté qu'il était également impossible à gauche, le Maestro abrégea logiquement sous les sifflets (...). Face au quatrième, il dut à nouveau s'expliquer avec le public qui s'impatientait déja alors que la faena ne faisait que débuter. On ne torée pas un Miura comme un autre toro, fût-il aussi dangereux. Après l'avoir réglé, il lui tira quelques magnifiques séries majoritairement gauchères et donna ainsi une nouvelle leçon de toreo appliquée aux toros andalous. Malheureusement en délicatesse avec les aciers, le torero de Fuenlabrada repartira des arènes à vide, une fois n'est pas coutûme. Silence / Salut

Juan José PADILLA : Commença son travail de muleta sur le deuxième toro à droite, et celui-ci l'avertit à deux reprises. Aussi, après lui avoir donné confiance sur la corne gauche, où le bicho semblait plus à l'aise, il reprit la droite et construisit une faena efficace et valeureuse, dans le plus pur style padillesque. On aime ou on aime pas, mais c'est du grand spectacle... Le cinquième toro était équipé de l'ABS et de l'ESB, ce qui lui autorisait des coups de freins maîtrisés dans les leurres, et une correction des trajectoires toujours au niveau de la poitrine de son matador. Le cyclone usa alors de ses ficelles habituelles pour plaire au public ce qui, devant un client de ce calibre, fut un grand numéro de bravoure. Et ça aussi, c'est du toreo... Oreille / Salut.

Javier VALVERDE : Fit le métier devant un Miura sauteur sorti en troisième position. Il lui arracha quelques passes à la volée avant de l'occire d'une grande épée qui, à elle seule, valait l'oreille, malgré le pinchazo précédent. L'estocade de la Féria... Le dernier toro de l'édition du quarantenaire était lourd (720 kgs...) et sans charge. Javier VALVERDE fut rapidement contraint à abréger. Oreille / Silence

 

Laurent DELOYE "El Tico "

Reportage photographique : "El Tico" photo

 

 

RETOUR

occterra