image

www.corridafrance.fr

www.eltico.org

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

EXPOS : 2004 / 2005 / 2006 / 2007

BILLETS / PHOTOS :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

christian Christian CARTOUX

DANIEL Daniel CHICOT

TOROS DE FRANCE

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

LIVRE D'OR

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

FERIA DE PAQUES EN ARLES

22 mars 2008 (Soir)

6 toros de Domingo HERNANDEZ 6

pour :

"El Juli"

"Juan BAUTISTA "

Jose Mari MANZANARES

El JuliPhoto: Daniel CHICOT

Entrée : Plein

Temps : Froid mais assez ensoleillé / Un peu de vent par intermittence

Les toros de Domingo HERNANDEZ n'ont pas tenu la distance, et seules les prestations d'"El Juli" resteront dans les mémoires en ce jour historique de création de l'Observatoire des Cultures Taurines. Le madrilène reste l'enfant chéri du public Arlésien, et il reste bien difficile de l'accompagner au cartel...

"El Juli" : Devant le premier, excellent, il a délivré une nouvelle démonstration arlésienne de puissance et de domination, qui a fait rugir de plaisir le conclave. Seul un pinchazo et le fait qu'il s'agisse de son premier adversaire l'ont privé d'un deuxième pavillon. Le 4ème bis, le titulaire s'étant brisé une corne contre un burladero, était laid et réservé. Faisant fi des injonctions du public lui demandant d'abréger, le "petit Jules" finit entre les cornes dans un numéro d'hypnotiseur de haute volée, avant un grand coup d'épée qui fit tomber le deuxième trophée synonyme de sortie en hombros. Oreille / Oreille.

"Juan Bautista" : A eu affaire à un premier adversaire réservé, qui ne demandait qu'à se réfugier aux planches. L'arlésien eut juste le temps de faire étalage de la qualité de son bagage technique avant que le toro ne se dégonfle complètement. Le cinquième de la tarde n'offrit que peu d'option, car très faible en dépit des bonnes dispositions affichées à son entrée en piste. Jean-Baptiste dut se résoudre à une faena d'infirmier et constater qu'une nouvelle fois, ARLES se refusait à lui. Salut / Salut.

José Mari MANZANARES : Opposé à un premier adversaire à la charge désordonnée, il s'appliqua tout d'abord à la canaliser, ce qu'il parvint à faire avant de se voir désarmé. Suite à cet incident, le toro reprit ses mauvaises habitudes et la faena ne redécolla pas. Bis répétita devant l'ultime de la soirée, noble mais faible, devant lequel le "fils de son père" déclina des séries courtes très esthétiques avant de se faire désarmer et de devoir clore là les débats. Salut / Silence après avis.

Reportage photographique : photo

 

Laurent Deloye "El Tico"

RETOUR

 

Nota : Les photos présentes sur ce site sont protégées par la Loi sur la Propriété Intellectuelle. Tout usage ou toute diffusion sans le consentement de leur auteur est passible d'une condamnation pénale.


ART DE VIVRE ESPAGNOL