image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

 

L'EQUIPE :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

marie Marie BARCELO

 

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

 

ARLES

14 septembre 2008

Corrida Concours de Ganaderia

"Murube" - "Miura" - "La Quinta" - "Victorino Martin" - "Guardiola Fantoni" - "Escolar Gil"

pour

Luis Francisco Esplá

Javier Valverde

Sergio Aguilar

Temps ensoleillé mais froid, demie arène.

Luis Francisco Esplá (rouge et or)  tenta surtout de lidier son toro de Murube à la cape et de le fixer de manière à évaluer sa charge et son potentiel. Il le plaça à une quinzaine de mètres pour la première pique. Le toro vint au trot mais poussa fort, tout comme lors de la deuxième. Pour la dernière il démarra du centre de la piste mais pas dans le même élan. Muleta en main il resta toujours très ferme, cherchant à faire cesser les regards menaçants et la charge violente de ce toro sans intérêt. Une entière et descabello. Silence

Fut vaillant et surtout habile face à ce toro de Victorino Martin rapide comme l'éclair et se retournant dans les chevilles. La première pique fut ratée, la deuxième de loin, la troisième du centre de la piste et enfin une quatrième de la même distance. C'est coiffé de sa montera qu'il débuta à la muleta, marchant avec ce toro, toujours aussi cocasse, afin de l'atténuer et parvenir à le canaliser. La difficulté fut de regagner une distance suffisante entre chaque passe avant que le toro ne se retourne, ce qu'il fit avec une certaine aisance. A gauche il reussit à lier quatre naturelles au ralentit, se relachant et profitant des qualités du toro qui humilia beaucoup pendant un temps. Une demie lame puis une entière: le toro resta de marbre, aucun effet apparent. Puis tout à coup Esplá s'en alla vers les barrières avec désintéressement. Je n'eus pas le temps de remarquer ce détail que le toro s'affala sin puntilla. Inutile de préciser que le puits de science qu'est Esplá l'avait vu. Oreille

 

Javier Valverde (rouge et or) reçut son Miura de 600 kg, fidèle à sa légende et à sa morphologie type : long comme un train et à la carcasse impressionnante. Il le mena habilement au centre, lui baissant bien les mains. Il poussa fort lors de la première pique et de manière continue avant d'y retourner une deuxième fois d'une distance rallongée de dix mètres encore. Enfin il alla a menos lors de la dernière. A la muleta ce toro s'avera moins dangereux qu'à la cape, ayant perdu lors du tercio de piques cette pointe de violence, mais gardant néanmoins un gênant coup de tête. Valverde le torea avec détermination, cherchant la liaison et la propreté, ainsi que l'enthousiasme des gradins, qu'il finit par acquérir. Il le tua d'une entière et descabello. Salut

Son toro de Guardiola chargea surtout par fusées à la cape, nécessitant beaucoup de provocation de la part du torero, puis chargea du centre de la piste lors de la première pique, sans pourtant pousser beaucoup, puis une deuxième dans le même son. Il s'avéra quasiment impossible à la muleta, prenant deux passes puis chargeant litéralement le torero à la troisième. A gauche ce ne fut guère mieux. Un pinchazo et une entière. Ovation

 

Sergio Aguilar (bleu roi et or) débuta de manière admirable à la cape face au toro de la Quinta, liant deux magnifiques véroniques avant de se faire désarmer. Le toro ne poussa pas vraiment lors des trois piques d' une distances raisonnable. Muleta en main il sut profiter avec classe et douceur de la noblesse de son adversaire, ne manquant pas de détails savoureux. Il débuta aussitôt sur la main gauche, à l'allure torera, faisant preuve d' un sens du toro et d' un courage magnifique. Immobile et complètement serein face aux hésitations nonchalantes de ce bicho finalement sans moteur et plutôt fade, notre torero s'attacha donc à bien courir la main, toujours recroisé et quasiment de face. Une vraie leçon de sincérité et de toreria. Un pinchazo et une entière. Oreille

Son deuxième toro d' Escolar Gil prit trois piques d' une distance grandissante en poussa fort. Muleta en main, Aguilar lia les passes dans une armonie parfaite à droite, et compensa la charge écourtée de ce toro par un replaçement savamment immaginé, une muleta toujours sincère et une classe frappante. Il réussit même a adoucir ce toro à base de temple et d'autorité suave... sans broncher : une entière. Oreille.

 

Prix du meilleur toro: Escolar Gil

Meilleur piquero : Angel Ruiz de la cuadrilla de Javier Valverde ayant piqué le toro de Miura.

Coup de coeur au torero Sergio Aguilar.

Marie BARCELO

Reportage photographique : photo

RETOUR

occterra