image
logo

corridafrance.fr

eltico.org

observaoire

REPORTAGES :

Temporadas : 2006 / 2007 / 2008

Campo

 

L'EQUIPE :

jean louis Jean-Louis LOPEZ

jacques Jacques LANFRANCHI

DANIEL Daniel CHICOT

marie Marie BARCELO

 

CARTELES / ARCHIVAGE

AUTEURS TAURINS

LIENS

CONTACT

MAILING LIST

LEXIQUE

LA CORRIDA / HISTORIQUE

 

 

ARLES

13 septembre 2008

2 toros de "Guttierez Lorenzo " 2

pour

Pablo HERMOSO de MENDOZA

4 toros de "Zalduendo" 4

pour

"El Juli"

"Juan Bautista"

Jean-Claude CarbonnePhoto : J.C. Carbonne

Entrée : 9/10ème d'arène

Temps : Couvert et froid, avec quelques gouttes de pluie avant le paseo

Dans un décor signé Jean-Pierre FORMICA, malgré un temps maussade, n'ayant rien de commun avec ce qu'on peut espèrer d'une arrière saison en pays d'Arles, la traditionnelle Goyesque du cycle 2008 aura tenu ses promesses.

Face à un lot plutôt compliqué de la maison "Zalduendo", mis à part le premier bonbon échu au Juli, les piétons ont montré qu'avec détermination et classe, contre mauvaise fortune on peut faire bon coeur.

En ce qui concerne le centaure du jour, esseulé et privé de challenge comme toujours dans ce genre de cartel, il a séduit sur sa deuxième prestation, grâce à un toro plus mobile qui l'a envoyé au tapis sans dommage apparent pour lui, le cheval devant être remplacé.

Pablo Hermoso de Mendoza : Salut / Deux oreilles.

"El Juli" : Lorsque sortit le premier "Zalduendo" du jour, après les piètres combattants vus la veille, on eut enfin l'occasion de voir un toro de combat. Noble et brave, le cornu buvait littéralement les leurres qui lui étaient présentés. Hélas, il présenta rapidement quelques signes de faiblesse qui, devant d'autres que son matador, se seraient révélés rédhibitoires. Mais il était dit que le madrilène était dans un bon jour, et bien décidé à triompher dans son jardin d'Arles. Qu'importe si le toro transmettait peu... il fit le reste. Au terme d'une faena puissante et dominatrice, une demi-lame et un descabello clôturaient les débats. Son deuxième du jour n'était pas du même tonneau. En réponse à ses charges saccadées, le Juli toqua fort et enchaîna rapidement les passes, sans lui laisser le temps de réfléchir. Aussi, le toro reprit confiance et les muletazos s'allongèrent, transformant la faena en leçon de dominio. Un coup de canon et le toro s'effondrait sin puntilla. Oreille / Deux oreilles

"Juan Bautista" : "A touché le pire lot de la tarde". Cette petite phrase sybilline veut en général dire qu'on n'a rien vu, mais que ce n'est pas de la faute du torero, le pauvre ayant eu à se coltiner deux charolais... Et bien aujourd'hui, un Jean-Baptiste décidé, motivé et courageux a séduit malgré le sort contraire. Dès la réception de son premier, de rodillas s'il vous plaît, l'arlésien a démontré qu'il faudrait compter avec lui et que la mala suerte ne l'empêcherait pas de triompher dans ses arènes. Par deux fois, devant des adversaires qui le toisaient et chargeaient par à coup, il fit l'effort et obtint la reconnaissance de son public. Sur de belles séries gauchères lors de son premier combat conclu d'une entière un peu basse, et surtout pour sa deuxième prestation face au plus compliqué du jour, occis d'un bon coup de rapière après une faena de belle construction eu égard à la condition du toro. Oreille / Oreille.

Laurent DELOYE "El Tico"

Reportage photographique : photo

RETOUR

occterra